Centrafrique: Ban Ki-moon épingle la Seleka et demande des sanctions

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, dénonce une situation « inacceptable » en République centrafricaine, où des rebelles de la Seleka continuent de « rançonner la population et de semer le chaos », particulièrement en dehors de Bangui. Ban Ki-moon dresse ce constat accablant dans un rapport adressé au Conseil de sécurité, auquel il demande d’agir.



Pour Ban Ki-moon, la communauté internationale doit se préoccuper d'urgence de la crise en RCA. REUTERS/Charles Platiau
Pour Ban Ki-moon, la communauté internationale doit se préoccuper d'urgence de la crise en RCA. REUTERS/Charles Platiau

Le rapport de Ban Ki-moon décrit un « effondrement de l’Etat de droit » en RCA. Le secrétaire général de l’ONU dénonce l’impunité d’éléments « incontrôlés » de la Seleka qui se livrent à des exactions contre les civils : viols, pillages, meurtres... En dehors de Bangui, dit l’ONU, l’autorité judiciaire a disparu.

Ce rapport sera examiné mercredi 14 août par le Conseil de sécurité. Ban Ki-moon demande au Conseil de prendre des sanctions. Un moyen de mettre la pression sur le gouvernement de Michel Djotodia et Nicolas Tiangaye pour les pousser à travailler ensemble. Ban Ki-moon veut aussi un comité d’experts chargé de surveiller la situation en Centrafrique et des moyens supplémentaires pour la mission de l’ONU sur place, dont les locaux ont été pris pour cible.

En résumé, le secrétaire général de l’ONU veut que le Conseil de sécurité se saisisse sérieusement de la crise en Centrafrique, qui n’a pour l’instant fait l’objet que d’une attention distante de la diplomatie internationale.

Source : Rfi.fr


Dépéche

Dimanche 11 Août 2013 - 11:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter