Centrafrique: cinq options pour un soutien international à la Misca

Le 19 décembre prochain, la force d’Afrique centrale en Centrafrique (Fomac), passera officiellement le témoin à la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca), une force africaine d’environ 3 600 hommes. Le Conseil de sécurité de l’ONU s’est déjà dit prêt à soutenir cette nouvelle force. Dans la résolution 2121, il s’était déclaré disposé «à envisager différentes options» et demandait à Ban Ki-moon de lui présenter les scénarios possibles. Le rapport vient d’être remis. Le Conseil doit examiner les options qu’il propose le 25 novembre prochain.



Patrouille de la Fomac à Bangui. Laurent Correau / RFI
Patrouille de la Fomac à Bangui. Laurent Correau / RFI

Pour le secrétaire général de l’ONU, il y a urgence à tenter de régler la crise centrafricaine avant que celle-ci n’échappe à tout contrôle. La situation humanitaire continue à s’aggraver, tout comme la situation des droits de l’homme. Des tensions entre musulmans et chrétiens apparaissent.
 

« Un échec à agir maintenant de manière décisive pour briser le cycle de violences, stopper les violations des droits de l’Homme, et rétablir un niveau minimum de sécurité au travers du pays, écrit Ban Ki-moon, ne mettrait pas seulement un peu plus en danger la population de la République centrafricaine (RCA), elle rendrait également toute future intervention plus complexe et coûteuse. »
 

Difficultés logistiques actuelles
 

Une mission envoyée en RCA du 27 octobre au 8 novembre a travaillé sur les besoins de la force régionale déjà déployée, et les moyens d’assurer sa transformation en Misca, la future force africaine, d’ici au 19 décembre.
 

Cette mission a recensé les difficultés logistiques actuelles, de l’alimentation en eau potable au paiement des soldes en passant par le transport de troupes, le soutien aérien, les systèmes de communication. Une aide en matière d’organisation, de coordination, a également été jugée nécessaire pour que la future Misca puisse mettre en application la totalité de son mandat.
 

Pour remédier à ces déficits, cinq options ont été envisagées par Ban Ki-moon dans le rapport qui a été remis ce lundi.
 

La première, la plus modeste, consiste à faire appel à des aides bilatérales ou multilatérales pour permettre le bon fonctionnement de la Misca. Dans ce scénario, les Nations unies jouent un rôle limité. Elles se chargent notamment de mobiliser cette assistance, assurent une forme de coordination entre les Etats membres de l’ONU et l’Union africaine et fournissent un soutien à la Misca en matière de planification.

Dans la deuxième option Ban Ki-moon propose d’ajouter, à ces aides bilatérales et multilatérales, un soutien des Nations unies au travers de certains équipements ou d’assistance technique.
 

La 3e option conduit l’ONU à s’engager un peu plus, notamment sur certains points jugés « critiques » pour le succès de la Misca : le transport aérien pour le déploiement et le transport de troupes, l’établissement de systèmes de communication, l’appui des spécialistes du Bureau des Nations unies en Centrafrique (Binuca), ... etc.

(RE)LIRE : L’ONU envisage de déployer 6 000 casques bleus en Centrafrique
 

La 4e option doit permettre la fourniture d’un « paquet de soutien logistique » à la Misca, à travers l’établissement d’une mission de soutien de l’ONU, sur le modèle de l’aide fournie à l’Amisom, la force africaine déployée en Somalie. Concrètement, l’ONU fournirait à la Misca l’équipement et les services qu’elle apporte habituellement à une opération de maintien de la paix, à l’exception du paiement des soldes et des remboursements liés à l’utilisation du matériel. Ce scénario peut permettre une transition progressive à une opération de maintien de la paix.
 

La 5e option, la plus ambitieuse, consiste à transformer la Misca en opération de maintien de la paix des Nations unies. Cette force pourrait compter 6 000 militaires dans un premier temps. En cas de détérioration de la situation, les effectifs militaires pourraient être portés à 9 000 hommes. La composante de police pourrait, elle, compter 1 700 personnes.
 

→ A (RE)LIRE : La CEEAC autorise l'emploi de la force pour désarmer les éléments armés en Centrafrique
 

Dans son rapport, Ban Ki-moon ne préconise pas de manière explicite le choix d’une option ou d’une autre. Le secrétaire général des Nations unies cite, en revanche différents avis : l’Union africaine et la CEEAC sont prêts à soutenir une éventuelle transformation de la Misca en force de maintien de la paix, mais ne la souhaitent pas dans un futur immédiat.
 

Le premier ministre Nicolas Tiangaye a indiqué qu’il accueillerait favorablement le déploiement urgent d’une mission de maintien de la paix. Le président de la transition Michel Djotodia a laissé entendre, selon Ban Ki-moon, qu’il ne s’opposerait pas au déploiement d’une opération de maintien de la paix.
 

Le Conseil de sécurité de l’ONU doit examiner les différentes options proposées le 25 novembre, lundi prochain.

Source : Rfi.fr
 


Dépéche

Mercredi 20 Novembre 2013 - 09:51



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter