Centrafrique: la Misca enquête sur les incidents impliquant des soldats tchadiens

En Centrafrique, la Misca est en train de mener des enquêtes sur les incidents de ce lundi 23 décembre impliquant des militaires tchadiens. On les accuse d’avoir ouvert le feu sur des manifestants qui réclamaient leur départ, ainsi que sur une patrouille du contingent burundais pour libérer des ex-rebelles Seleka. Le gouvernement tchadien dément et parle d'une campagne de dénigrement médiatique contre ses forces en RCA.



Un soldat tchadien au camp de Béal, à Bangui, le 9 décembre dernier. REUTERS/Emmanuel Braun
Un soldat tchadien au camp de Béal, à Bangui, le 9 décembre dernier. REUTERS/Emmanuel Braun

En Centrafrique, les Tchadiens ont mauvaise réputation. C’est du moins ce qu’explique une source au sein de la Misca. Même s'ils ne veulent pas toujours l'admettre, ils ont un lourd passif dans ce pays, ajoute cette même source. Que ce soit dans la rébellion, dans la garde présidentielle de François Bozizé ou sous mandat de mission de maintien de la paix. Avant même l'arrivée au pouvoir de la Seleka, il existait au sein de la population centrafricaine une certaine animosité à l'égard de ces soldats.
 

C'est pourquoi la Misca a décidé d'ouvrir des enquêtes sur les incidents de lundi 23 décembre. Les militaires tchadiens ont-ils tiré sur des manifestants ? Ont-ils tiré sur une patrouille burundaise ? « Il est trop tôt pour y voir clair », explique le patron de la Misca. Le général Mokoko a assuré que tout avait été mis en œuvre pour faire la lumière sur ces incidents.

 

La prudence est donc de mise pour que l'animosité ne se transforme pas en chasse aux sorcières. Si, en revanche, l'altercation avec la patrouille burundaise pour libérer des ex-rebelles de la Seleka se confirme, dit un diplomate en poste dans la région, c'est de loin l'accusation la plus grave. Cela confirmerait le parti pris de certains éléments tchadiens en faveur de la Seleka, analyse encore ce diplomate. Il faudrait alors des sanctions fortes sous peine de décrédibiliser tout le contingent et de fragiliser l'intervention de la Misca.
 

Le gouvernement tchadien, par la voix de son porte-parole Hassan Sylla, dément en tout cas fermement les accusations portées à l’encontre de ses soldats engagés en Centrafrique.

Source : Rfi.fr
 

52_rca_son_afrik_.mp3 52_RCA_son_AFRIK_.mp3  (505.87 Ko)



Dépêche

Mercredi 25 Décembre 2013 - 09:35



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter