«Certains agents de l’Etat sont peu soucieux… », le président Sall



«Certains agents de l’Etat sont peu soucieux… », le président Sall
Le rapport public 2015 remis hier au Chef de l’Etat par l’Inspection Générale d’Etat (IGE), Macky Sall n’a pas tardé à saisir le Premier ministre. Il faut dire qu’il n’est pas content des « agents de l’Etat». «Ce rapport fera l’objet d’un examen attentif de ma part pour en déduire toutes les mesures idoines. J’exhorte le Premier ministre et son gouvernement à prendre toutes les diligences de leur ressort pour remédier, le cas échéant, aux pratiques de gestion déficientes qui y sont relevées. C’est pour moi, une exigence de premier ordre », campe le président Sall.


Pour ce dernier, il n’est pas question que « les anomalies, même commises de bonne foi, se répètent ». Le Chef de l’Etat relève toutefois «avec satisfaction que depuis la publication du précédent rapport public 2014 quelques avancées ont été observées… ». Selon lui « les mesures prises par le Premier ministre pour la mise en œuvre des instructions relatives à une plus effective implication de l’IGE dans l’élaboration des textes législatifs et règlementaires vont dans le bon sens ». Il s’agit donc de « maintenir et renforcer cette bonne pratique… ». «Ces manquements s’expliquent par le caractère évanescent voire inexistant du contrôle qui aurait dû s’exercer » relève le président Sall qui donne en exemple, «les engagements de la Commission de suivi réciproque de l’Etat et du repreneur de la Suneor qui, en 10 ans, n’a fait qu’une séance de travail ».



«C’est un exemple typique de mal gouvernance », déclare le Chef de l’Etat. S’agissant des « carences constatées dans le contrôle interne de l’administration », Macky de dire qu’elles sont « souvent récurrentes au point d’apparaître comme un fait sociologique ancré dans nos habitudes...». Gravement préoccupé par «les défaillances constatées dans la gestion des archives au cours des audits dans nombre d’entités », le Chef de l’Etat précise que « ces carences sont d’autant plus inacceptables qu’elles entraînent la disparition pure et simple de documents financiers et comptables.


Ce, d’autant plus que marque-t-il : «Les archives, partie intégrante du patrimoine national, constitue notre mémoire collective… ». «J’entends que les responsables des entités concernées prennent sans délai toutes les dispositions utiles afin qu’il soit mis fin aux errements. Le cas échéant, des sanctions appropriées doivent être prises à l’encontre des fautifs», menace Macky qui « engage l’IGE à veiller au suivi régulier de cette instruction… ».
 

«Certains agents de l’Etat sont peu soucieux des intérêts de l’Etat et d’une gestion rigoureuse des deniers publics. Si d’aucuns se servent de l’Etat, d’autres malheureusement, s’emploient à gaspiller ses ressources. Se pose ainsi la question fondamentale de notre rapport à l’éthique indissociable de la bonne gouvernance et du renouveau du service public. Ce renouveau ne peut s’opérer par la seule magie, il se construit aussi et surtout dans l’esprit de la loi et de l’intimité des consciences dans l’action quotidienne », clôt le président de la République. 
 


Samedi 20 Juin 2015 - 11:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter