Cheikh Bamba Dieye aux pilleurs de la République: "S’ils ont des choses à se reprocher, il y a des mécanismes de conciliation"




Le ministre de la Communication et des Technologies de l’Information, Cheikh Bamba Dièye, salue le principe de primauté de la patrie sur le parti. Cette position est, selon lui, une garantie contre la gestion politicienne qui, par le passé, a causé des préjudices à l’Etat de droit. Il salue le consensus entre le spirituel et le temporel autour d’un espace politique dépassionné et demande aux Sénégalais de regarder dans la direction des progrès démocratiques, politiques, économiques et sociaux.
Le Ministre précise en termes « Quand le Khalife appelle à la solidarité et au pardon, il pose un principe essentiel en partant du fait que le pardon a pour postulat la reconnaissance de la faute et la ferme volonté de ne plus recommencer tel que nous l’enseigne le Coran et les « Khassidas » (poèmes) de Khadimou Rassoul. Cela veut dire que le Khalife général a ouvert une voie en or à ceux-là qui font feu de tous bois. Et il faut  qu’ils s’y engouffrent ».

S’ils ont des choses à se reprocher, pour Cheikh Bamba Dièye il y a des mécanismes de conciliation qui sont à leur disposition. Il ne leur coûte rien d’aller discuter pour rembourser les sommes détournées. Nous avons besoin plus de cela que d’autre chose. L’acharnement n’est pas la préoccupation du Gouvernement. Les priorités sont ailleurs. Le président de la République a donné une direction ferme et la première ministre s’attéle à la matérialisation de sa vision. Ils veulent tirer tout le Gouvernement dans cette direction. Le peuple devra accompagner ces deux discours selon le ministre.


Mardi 24 Décembre 2013 - 10:43



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter