Cheikhna Keïta : «Macky Sall est en train de jouer avec le feu dans l’affaire Bassirou Faye»



L’ancien commissaire divisionnaire, Cheikhna Cheikh Saadibou Keïta réagit sur les incidents survenus à l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD). Selon l’ancien patron de l’Office Central de Répression du Trafic de Stupéfiants (OCRTIS), c’était bien prévisible. Car dit le leader de la formation politique Alliances Nouvelles-les Patriotiques du Sénégal : «C’est le Sénégal qui s’est exprimé le 31 juillet, ce n’est pas l’université ».  


Le constat est là pour Cheikhna Keïta : «L’université n’est qu’un échantillon du Sénégal. Le président Macky Sall est là depuis 2012, trois (3) ans après son arrivée, les gens ont commencé à parler de «Rew mi dafa Macky » et cela ne s’est pas amélioré, il a essayé toutes les recettes, toutes les idées…les Sénégalais ont désavoué depuis longtemps Macky Sall et il n’a pas su inverser la tendance ».

 
Revenant sur les jets de pierres, l’ancien commissaire divisionnaire déclare qu’il ne peut pas «épiloguer sur la production des renseignements généraux parce que nous n’avons même pas un échantillon de cette production pour dire ce qu’elle est et l’analyser ». Mais, développe-t-il dans « La Tribune », «si on tient compte de leur rôle, soit ils n’ont pas avisé le Président de la République, ce qui serait très grave, soit ils ont alerté et le président a forcé le passage en faisant fi de ces avertissements. Si tel est le cas, analyser la situation à partir de l’instant où c’est le président de la République qui a pris lui-même la décision d’y aller, ce qui est également mauvais pour les renseignements généraux. Face à une situation aussi explosive, ces services doivent anticiper sur l’événement en occupant l’espace centimètre par centimètre et traduire eux-mêmes tous les signaux » en « accompagnant les étudiants dans leurs préparatifs pour troubler l’événement et prendre les dispositions pour déjouer leur jeu ».

 
Concernant l’affaire feu Bassirou Faye, Cheikhna Keïta affiche son soutien à l’endroit de Tombon Oualy, le policier présenté comme le présumé meurtrier de l’étudiant. Selon l’ancien commissaire divisionnaire, ce dernier «a bien de se présenter comme victime d’une machination ». « Macky Sall est en train de jouer avec le feu dans cette affaire-là. Depuis 1960, il y a eu des bavures et pour la première fois, dans un cas comme celui de Bassirou Faye, l’auteur a été arrêté et en justice de la sorte », est d’avis l’ancien patron de l’OCRTIS.


Ce dernier d’indiquer : «C’est très grave car on ne rend pas justice comme ça. Si le résultat est commandé par la décision du président qui veut qu’il est résultat dans un certain sens et qu’il s’en glorifie, ce n’est pas bon ».


Mercredi 5 Août 2015 - 12:55



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter