Cheikhna Keïta parle de « cacophonie » dans l’affaire Bassirou Faye

L’auteur du fumeux rapport contre l’ancien Directeur Général de la Police Nationale (DGPN), se prononce sur l’affaire Bassirou Faye. De la sortie du Procureur de la République, Serigne Bassirou Gueye, l’arrestation de Tombong Oualy, Cheikhna Keïta parle de « cacaphonie ».



Pour l’ancien patron de l’Office Central de Répression du Trafic Illicite de Stupéfiants (OCRTIS), dans « Sud quotidien »: «Cette enquête part de deux niveaux: du témoin et de son témoignage ». Dès lors, « si rien n’est faussé, ce témoignage a permis de faire un portrait robot pour dire qui a tué. Les policiers sont partis de cette donne pour remonter jusqu’à leur suspect ». Mais, «cela n’est pas suffisant », sert le commissaire Keïta qui assène qu’on «part d’une douille qu’on a retrouvée sur le terrain pour dire que le garçon a été tué avec une arme à feu ».

 
Pis, « on ramasse une douille, on récupère les armes des policiers, on procède à une expertise: cela est une autre piste ». Pour lui, « tout cela demande une rigueur millimétrée pour arriver à mettre chaque chose à sa place afin d’expliquer ce qui s’est passé». Car martèle-t-il, «on ne commence pas une enquête par dire voilà l’explication finale. Mais on commence par expliquer ce qui s’est passé. Il y a eu mort d’homme, après le constat de ce qui s’est passé, tout cela doit être détaillé rigoureusement. Si on ne peut pas détailler une situation de crime, on ne pourra pas l’expliquer ». 

Dié BA

Samedi 18 Octobre 2014 - 14:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter