Chelsea : Mourinho s’en prend à l’arbitrage

S'il a reconnu la supériorité du Paris SG, le manager de Chelsea José Mourinho a également pointé du doigt l'arbitrage.



On a connu José Mourinho plus prolixe. Évidemment, après une élimination de la Ligue des Champions en huitième de finale sur un match retour à domicile, cela n’incite pas à délier sa langue. Mais à l’heure d’expliquer les raisons de la déroute, le Spécial One n’avait plus rien de l’habile manieur de mots. « Oui, Paris a mérité sa qualification. Nous ne méritions pas de gagner. Il faut être honnête en disant que la meilleure équipe l’a emporté », s’est-il d’abord contenté de dire, avant de pointer du doigt la faiblesse de sa défense sur les corners.

  Peu disert sur les carences de son équipe, il a semblé plus à l’aise pour débattre de celles de l’arbitre, assez nombreuses il faut le reconnaitre. Les tensions se sont multipliées aux quatre coins du terrain, mais Mourinho avait lui miné le champ dès la veille avec ses déclarations en conférence de presse, accentuant la pression sur l’arbitre, Björn Kuipers. Ce dernier a décidé d’expulser Zlatan Ibrahimovic à la 31e minute pour un geste non maîtrisé sur Oscar. Un carton rouge sévère du point de vue parisien, mais aussi pour Mourinho.
 

Il défend Ibrahimovic pour mieux tacler l’arbitre

  « Sur l’expulsion d’Ibrahimovic, j’étais vraiment loin, je n’ai pas pu voir. Mais j’ai parlé avec lui après le match. Quand il me parle, il est toujours honnête. Il m’aurait dit si le carton rouge était mérité. Il était très déçu. Si c’est le cas, j’espère qu’ils pourront minimiser l’erreur et lui laisser jouer le quart de finale. S’il n’a rien fait de mal, il le mérite », a-t-il jugé en conférence de presse après la rencontre. Il n’a pas apprécié également l’oubli d’un penalty qu’aurait dû obtenir Diego Costa pour une faute de Cavani.


L’occasion pour lui de critiquer l’arbitrage à 5. « Quant aux autres situations, Il y a clairement penalty sur Diego Costa. Une fois de plus, c’est une perte de temps et d’argent d’avoir des arbitres près de la surface. S’ils sont là juste pour voir si la balle a franchi la ligne, la Goal Line Technology est évidemment bien meilleure. S’il n’est pas capable de voir un penalty à 10 mètres devant lui, avec l’horizon dégagé devant lui, c’est une perte de temps et d’argent », a-t-il tancé.
 
Dernier point de discussion, le cas David Luiz, auteur d’un coup de coude sur le fameux Diego Costa, qui n’aurait probablement pas terminé le match avec des arbitres moins permissifs. « Le coup de coude de David Luiz, je ne l’ai pas vu, je le confesse. Mais quand l’UEFA le nomme homme du match, je dois croire qu’il n’y a pas eu de coup de coude. Il a très bien joué. Je dois croire qu’il n’y a pas de coup de coude. Je ne peux pas croire que l’UEFA le désigne homme du match s’il avait commis une agression. Puisqu’ils ne peuvent plus nous donner le penalty maintenant, peut-être qu’ils peuvent être juste d’un point de vue disciplinaire en suspendant David Luiz et en retirant le carton rouge à Ibra pour lui laisser jouer le quart de finale. Il le mérite peut-être », a lancé le Special One.


Comme son équipe sur le pré, l’entraîneur des Blues a déçu face aux micros. Désabusé et incapable d’expliquer l’élimination de ses hommes, il a assuré avoir hâte de « jouer le prochain match », d’enchaîner pour vite oublier. Pas sûr que la digestion se fasse aussi vite qu’il l’espère…


Jeudi 12 Mars 2015 - 13:25



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter