Colère des ex-employés de l’ANEJ, FNPJ et AJEB : Abdoulaye Makhtar Diop en médiateur

Le grand serigne de Dakar, Abdoulaye Mokhtar Diop au chevet des ex-employés des quatre désormais ex-agences pour l’emploi des jeunes: Agence Nationale pour l’Emploi des Jeunes (ANEJ), Fonds National de Promotion de la Jeunesse (FNPJ), Agence Nationale d’Appui aux Marchands Ambulants (ANAMA) et Agence pour l’Emploi des Jeunes de la Banlieue (AJEB). En médiateur vu son rang de chef suprême des « Léboues », l’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports qui demande à ces dites structures de tout laisser entre ses mains, ne manque pas d’indiquer la voie à suivre au président Sall pour désamorcer la bombe sociale. De son côté, il compte saisir les ministres concernés pour que les arriérés de salaires que réclament les employés soient payés. Il ne rate pas le président sortant Wade. Notant, une vice de forme dans la création de l’AJEB, Abdoulaye Mokhtar Diop indique qu’elle n’avait pas sa raison d’être. Pour lui, qui dit jeunesse du Sénégal, inclus forcément les jeunes de la banlieue.



L’ANEJ, l’AJEB, le FNPJ au cœur de l’actualité de ce mercredi. A l’issue de leur Assemblée Générale (AG) tenue ce mercredi matin pour afficher leur ferme volonté de ne pas se laisser faire en réclamant leur redéploiement dans la nouvelle Agence Nationale de Promotion de l’Emploi des Jeunes (ANPEJ), les employés des dites ex-agences autour de l’emploi des jeunes, ont rencontré l’un des chefs suprêmes de la collectivité Lébou chez lui au Terrou Baye Sogui sis derrière le palais de la République cet après-midi.


Abdoulaye Makhtar Diop qui se place d’office en médiateur vu son rang de grand serigne de Dakar, a indiqué toutefois que là où le bât blesse, c’est le non-sens de la création de l’AJEB. Selon lui, qui dit jeunesse inclus forcément les jeunes de la banlieue. Donc cette dernière agence n’avait pas sa raison d’être. C’est là un vice de forme sous Wade, tranche Abdoulaye Makhtar Diop qui rappelle que durant son passage au ministère de la Jeunesse du temps de Diouf avait eu géré une agence pour l’emploi des jeunes.
 
Pour lui, ce serait paradoxal que Macky Sall supprime des postes pour en créer d’autres. Ce, d’autant plus explique-t-il que l’expertise se trouve déjà au niveau du FNPJ et l’ANEJ qui gèrent depuis une dizaine d’années le financement et l’emploi des jeunes. Le Grand serigne qui prend son bâton de pèlerin, souligne qu’il allait dès aujourd’hui même entrer en contact avec les ministres concernés pour que les arriérés d’un mois de salaire pour le FNPJ, deux mois pour l’ANEJ et trois (3) mois pour l’AJEB) soient réglés le plus tôt possible.

Une proposition que semble accepter les employés des sites structures qui disent lui donner le temps de régler la crise. Un grand serigne courtois, cordial, disponible et maîtrisant le sujet, indique notre source. Ceci, face à des employés en détresse.

En tout et pour tout, les employés sont au nombre de 215, 21 du FNPJ, 44 de l'ANEJ, 18 de l'ANAMA et le plus gros du lot de l'AJEB. L'ancien Directeur général de l'ANAMA, Salihou Keïta nommé secrétaire générale de l'ANPEJ a demandé pour sa part, à ses agents de rester à l'écoute chez eux.


Mercredi 29 Janvier 2014 - 21:56




1.Posté par maliactu le 30/01/2014 16:41
Ils me plait ce Monsieur Makhtar Diop.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter