"Comment nous avons géré la sécurité le jour du verdict", Abdoulaye Daouda Diallo



"Comment nous avons géré la sécurité le jour du verdict", Abdoulaye Daouda Diallo
Le ministre de l’Intérieur sort de sa réserve. Abdoulaye Daouda Diallo revient sur le 23 mars dernier, jour du fameux verdict de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI) dans le cadre du procès de Karim Wade. Ce, pour mettre en exerce le travail des forces de défense et de sécurité. Le premier flic du pays ne badine pas avec la paix. Car dit-il: « Il faut être conscient d’une chose : le Sénégal est un pays de paix qui a besoin de stabilité ». C’est ainsi qu’ « en ce qui concerne les forces de défense et de sécurité ont travaillé dans l’entente et l’union en faisant régulièrement des patrouilles, de jour comme de nuit, pour faire un travail d‘anticipation qui nous a donné satisfaction », sert la tutelle qui indique qu’ « à partir véritablement des renseignements, ils ont appris à temps, toutes les velléités ou de manifestations anormales… ».



Un « travail qui a permis de juguler le phénomène », se réjouit Abdoulaye Daouda Diallo qui, dans les colonnes de  «l’Observateur», fait part de « la décision qu’ils ont prises ». Ce, « à partir des tentatives de manifestations de ce 23 mars ». A savoir de « travailler sans relâche pour sécuriser définitivement la banlieue de Dakar » mais aussi de «s’attaquer au nouveau phénomène à l’intérieur du pays ». Autrement dit, « les vols à main armée auxquels il faudra très rapidement mettre un terme », promet la tutelle qui ne manque pas de se prononcer sur le terrorisme. Ce, pour préciser : « Nul pays n’est à l’abri du terrorisme aujourd’hui. Nous n’allons pas prendre ce risque de laisser se passer au Sénégal ce qui est arrivé aux grandes puissances occidentales ou à certains pays Africains… ».
 


Lundi 30 Mars 2015 - 12:07




1.Posté par Leuk le 30/03/2015 20:42
Bravo d’avoir bien géré le 23 mars dernier en déjouant tous les plans du PDS et affidés
Comme vous voulez !
Cela dit ! Nous attirons l’attention de nos Concitoyens et des Observateurs Internationaux sur la Tripatouillage du Fichier Electoral par l’introduction des Cartes d’Identité Biométriques :

- Des électeurs qui ne pourraient pas voter parce qu’il y aurait eu des soi-disant couacs dans le processus de création de la nouvelle carte.
- Des électeurs réaffectés ailleurs « par erreur » et qui ne pourraient pas retrouver leur bureau ou centre de vote.
- La double inscription de partisans dans des centres de vote qui seraient favorables au parti au pouvoir ou correspondants à des personnalités au pouvoir.

La liste est longue …
Sachons que le Diable est dans le Projet de Nouvelles Cartes Biométriques !

NB : Nos cartes actuelles devraient pouvoir servir au même titre que les futures Cartes Bio pour l’identification de l’Electeur à la prochaine Election Présidentielle.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter