Commentaire : Responsabilités !



Commentaire : Responsabilités !
Quelques lignes de commentaires en bas d’un texte sur un site internet peuvent bouleverser pour un bon moment la quiétude d’un honnête citoyen. Les responsables des sites sont certainement bien conscients de cette réalité mais ils sont rares ceux qui prennent la peine de faire attention face à cette situation.

Ce vendredi matin, une dame, la mort dans l’âme a appelé à la rédaction de PressAfrik.com pour raconter les malheurs de sa petite sœur. Cette dernière, « qui n’a même pas l’habitude d’aller sur le net » a vu son nom, son adresse, son numéro téléphone exposés en bas d’un texte et elle est présentée à cette occasion comme masseuse professionnelle. Depuis ce sont des appels incessants et « certains clients » ont même fait le déplacement pour bénéficier de ses services. Nous le savons tous ce métier de masseurs au Sénégal n’est pas vu d’un bon œil et la presse a souvent rapporté une activité de prostitution clandestine qui se cache derrière. Alors lier le nom de quelqu’un qui n’a rien à voir avec cela est très préjudiciable. A cela s’ajoute cette malheureuse coïncidence, un confrère reprend ce même jour un reportage de Radio Nederland sur ce problème en Côte d’Ivoire avec le titre Masseuses ambulantes : les dessous du métier, ces quelques lignes révélatrices, « Il y a le "massage moins" et le "massage plus". Décodage ! Le "massage moins" ne se limite qu'au simple massage. Il consiste à masser simplement le client. Le ‘‘massage plus’’, lui, consiste à aller au-delà du massage, c'est-à-dire à avoir des rapports sexuels avec le client ».

Comble de malheur, la dame informe qu’elle a du mal à entrer en contact avec les responsables des sites pour enlever le commentaire de cet individu qui cherche vraiment des problèmes à sa sœur.

La responsabilité des gestionnaires de sites au Sénégal est encore remise sur la table. L’association des professionnels de la presse en ligne mise sur pied récemment doit faire travailler sa commission qui s’occupe d’Ethique et de Déontologie. Au-delà de la dimension technique il s’agit surtout de protéger aussi les citoyens.




Vendredi 5 Août 2011 - 15:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter