Commission de l’UEMO : «Macky Sall paie la faute de Me Wade», selon El Hadj Abdou Sakho.

C’est aujourd’hui que s’ouvre à Dakar le Sommet extraordinaire des chefs d’Etats de l’Union économique et monétaire ouest africain (UEAMO). Ce sommet s’ouvre cette année sur une forte divergence entre le Sénégal et le Niger, vu que ce dernier veut le poste pour un Nigérien, en porte-à-faux avec la tradition qui avait fait que c’est un Sénégal qui l’avait toujours occupé. Ce qui, selon El Hadj Abdou Sakho, ancien commissaire de cette institution, découle d’une faute de l’ancien président de la République, Me Abdoulaye Wade.



Commission de l’UEMO : «Macky Sall paie la faute de Me Wade», selon El Hadj Abdou Sakho.
Le Sommet extraordinaire des chefs d’Etat de l’UEMOA de cette année, à Dakar, s’ouvre sur un fond de désaccord suscité par la convoitise du poste de Président de la commission. En effet, ce poste étant traditionnellement occupé par un Sénégalais, le Président Macky Sall, hôte de ce sommet, accueille mal que son homologue nigérien lui conteste cette légitimité. Mais, si on en est là, c’est par la faute de l’ancien chef de l’Etat, Me Abdoulaye Wade, soutient El Hadj Abdou Sakho, ancien commissaire de cette institution.

«Il n’y a jamais eu de texte pour dire que le Président de la Commission de l’UEMOA doit être de nationalité sénégalaise, comme il n’y a jamais eu de texte pour dire que le poste de Gouverneur de la BCEAO est réservé à la Côte d’Ivoire. Il s’agit simplement de Gentleman agreement qui fait que depuis leur création, la BCEAO et l’UEMOA avait toujours été dirigée respectivement par un Ivoirien et par un Sénégalais», affirme-t-il sur les ondes de la Rfm.

Mais ceci allait être changé après la «bourde » du prédécesseur de Macky Sall : «Lorsque le Sénégalais Moussa Touré devait rempiler, tous les chefs d’Etat étaient d’accord et se sont accordés sur sa compétence pour le reconduire. Personne, je dis bien personne à part l’ancien président de la République n’avait compris que le Sénégal puisse renoncer à ce poste au profit d’un autre ressortissant de l’UEMOA. Il semblerait que des motivations outre que techniques et professionnelles aient été à la base de la renonciation du Sénégal à ce poste», se désole-t-il.

Et c’est cet état de fait que paie aujourd’hui le Sénégal avec la contestation de sa légitimité par le Niger : «Maintenant que les choses ont changé, évidemment que les erreurs diplomatiques se paient sur une très longue période. Je rappelle simplement que, un moment avant que le poste de président de la Commission de l’UEMOA n’ait été contesté, par un autre pays, le même pays avait présenté un candidat pour le poste de Gouverneur de la BCEAO. C’était au temps de Gbagbo. Et à la fois les partis au pouvoir et les partis de l’opposition s’étaient réunis pour refuser d’abandonner le poste de gouverneur de la BCEAO» conclu-t-il.
 

Ousmane Demba Kane

Dimanche 5 Juin 2016 - 14:26




1.Posté par xodia le 05/06/2016 15:36
vous déformez gravement et honteusement les faits: Wade ne pouvait logiquement pas contester l'accaparement du poste de gouverneur de la BCEAO par les Ivoiriens sans renoncer à la main mise du Sénégal sur la CEDEAO. Arrétez vos diabolisations et mensonges "diplomatisants" éhontés

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter