Comores: des législatives tant attendues

Le premier tour des élections législatives a lieu ce dimanche 25 janvier aux Comores. Initialement prévues début novembre 2014, ces élections ont été reportées à deux reprises. Le peuple comorien n’avait plus été consulté depuis décembre 2009. Certains doutaient même de voire enfin débuter ce scrutin ! Malgré la polémique sur les cartes électorales biométriques - pas toutes distribuées - tout électeur recensé est bien attendu aux urnes aujourd’hui.



Le port de Moroni. (CC) Sascha Grabow
Le port de Moroni. (CC) Sascha Grabow

Le mot d’ordre du gouvernement est simple : tout citoyen recensé biométriquement doit s’exprimer dans les urnes. Une réunion a même eu lieu samedi dernier au palais du président, Ikililou Dhoinine, officiellement pour rappeler la nécessité du bon déroulement de ces élections.

Tous les partis en lice y étaient invités, sauf deux : le Parti pour l'entente comorienne (PEC) et Juwa (le Soleil) dont le leader est le précédent président des Comores, Ahmed Abdallah Sambi. Ces deux partis étant alliés, il pourrait se retrouver avec en face d’eux, une coalition de tous les autres.

Duel David contre Goliath

Ce duel David contre Goliath montre à quel point Ahmed Abdallah Sambi est un adversaire politique redouté et fait de son allié Fahami Said Ibrahim, leader du PEC, un potentiel présidentiable pour les élections de 2016, puisque Ahmed Abdallah Sambi ne devrait pas pouvoir se représenter.

Avant la présidentielle, certains rêvent d’une majorité à l’Assemblée nationale qui leur permettrait d’accéder à certains postes-clé dans les entreprises d’Etat, ainsi qu’à des ministères importants, quitte à abandonner l’hémicycle à leurs suppléants.


Rfi.fr

Lundi 26 Janvier 2015 - 15:43



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter