Condamné à deux ans avec sursis, le journaliste tchadien Moussaye Avenir de la Tchiré est libre

Au Tchad, le journaliste Moussaye Avenir de la Tchiré a été condamné le 29 août 2013 à 2 ans de prison avec sursis et un million de francs Cfa d’amende. Il était poursuivi pour incitation à la haine et incarcéré depuis le mois de mai à la maison d’arrêt d’Amsinéné. Même si cette condamnation est légère, au regard du réquisitoire, le journaliste et ses avocats ont décidé de faire appel.



Condamné à deux ans avec sursis, le journaliste tchadien Moussaye Avenir de la Tchiré est libre

Moussaye Avenir de la Tchiré a dit au revoir à ses codétenus, jeudi après-midi, et est rentré chez lui. Dans la matinée, le tribunal a prononcé sa condamnation à 2 ans de prison avec sursis et 1 million de francs Cfa d’amende ferme. Amende dont il a dû s’acquitter avant de pouvoir quitter la prison.

Placé en détention depuis le mois de mai,  le journaliste était poursuivi par le ministère public pour incitation à la haine tribale. « C'est quand même un "Ouf" de soulagement », se réjouit Me Nodjitoloum Salomon, un des avocats du journaliste. « Le procureur de la République avait requis cinq ans. Le tribunal ne l'a pas suivi et l'a condamné à deux ans avec sursis. » 

« Même le mandat est irrégulier »

Le journaliste et ses avocats ont décidé néanmoins ne pas se contenter de cette demi-victoire, estimant que le procès ne s'était pas déroulé dans de bonnes conditions. « Nous avons porté appel de cette décision », précise Me Nodjitoloum Salomon, « pour que la cour d'appel se prononce sur les irrégularités de cette procédure. La loi précise en effet que seule la personne diffamée peut saisir le tribunal, or ici, il n'y a pas de plainte à l'origine, et c'est simplement sur les réquisitions du procureur qu'on a engagé la procédure. C'était illégal. Même le mandat est irrégulier, parce que c'est pris en violation des dispositions de  la loi. »

Mais malgré toutes ces objections, le juge a décidé de passer outre, d'où la décision du journaliste et de ses avocats de poursuivre l'affaire devant la cour d'appel. « Nous allons demander que cette procédure soit purement et simplement annulée, et que la décision du premier juge soit infirmée dans toutes ses dispositions. »

Dernier journaliste à quitter la prison

Mardi 27 août, le journaliste a été condamné dans une autre affaire l’opposant à une ancienne ministre. Il a été reconnu coupable de diffamation contre Mme Fatimé Issa Ramadane et condamné à 10 000 francs Cfa d’amende et à en verser 500 000 en dommages et intérêts.

Moussaye Avenir de la Tchiré est le dernier journaliste à quitter la prison au Tchad. Le 19 août dernier, le journaliste Eric Topona et le blogueur Jean Laokolé, emprisonnés depuis plusieurs mois ont été libérés.
Source: RFI



Vendredi 30 Août 2013 - 12:53



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter