Conférence de Bruxelles: l'Union européenne espère un milliard d'euros pour la Somalie

Un milliard d'euros pour la Somalie. C'est le montant qu'espère mobiliser l'Union européenne en organisant une réunion internationale à Bruxelles ce lundi 16 septembre. Alors que le pays a encore été la cible d'attentats des islamistes shebabs il y a quatre jours, l'Union européenne apporte son soutien au président Hassan Cheikh Mohamoud pour poursuivre la reconstruction du pays.



http://www.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_43_large/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/2013-07-27T174124Z_853314716_GM1E97R1S3O01_RTRMADP_3_SOMALIA-CONFLICT_0.JPG
http://www.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_43_large/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/2013-07-27T174124Z_853314716_GM1E97R1S3O01_RTRMADP_3_SOMALIA-CONFLICT_0.JPG
L'Union européenne promet un « New Deal  » à la Somalie, avec un milliard d'euros échelonné sur trois ans. La conférence de Bruxelles doit permettre l'adoption d'une feuille de route fondée sur les principes du New Deal pour les Etats fragiles. Signé il y a deux ans en Corée du Sud par une quarantaine de pays et d'institutions, il fixe des objectifs clairs pour consolider la paix et garantir la prospérité des Etats en phase de transition post-conflit.
 
Pourquoi une réunion maintenant ?

 
 
 
Les efforts de reconstruction commencent à porter leurs fruits, selon Catherine Ashton, la chef de la diplomatie de l'Union européenne. Hassan Cheikh Mohamoud, le président élu il y a un an, a lancé un processus de reconstruction d'un Etat fédéral. Mais son autorité est encore faible au-delà de Mogadiscio. Les islamistes continuent de contrôler de nombreuses zones rurales et de multiplier les attentats-suicides, même si, au cours des deux dernières années, les shebabs ont perdu l'ensemble de leurs bastions dans le sud et le centre du pays.
 
L'Union européenne va donc poursuivre les efforts engagés depuis plusieurs années en Somalie. Entre 2008 et 2013, elle a déjà donné un 1,2 milliards d'euros. Plus de la moitié a servi à financer des missions de maintien de la paix ou de lutte contre la piraterie maritime. Le reste a permis de mettre en place des projets éducatifs, agricoles, ou humanitaires.

Source : Rfi.fr
 

Dépéche

Lundi 16 Septembre 2013 - 12:48



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter