Conflit Etat du Sénégal - Bara Tall : œil pour œil, dent pour dent

C’est la loi du talion entre l’Etat du Sénégal et l’entreprise Jean Lefebvre Sénégal (JLS). Bara Tall et ses employés ont décidé de ne plus faire de concession ou d’afficher le mutisme devant les déclarations des membres du gouvernement les concernant. Après la sortie du ministre de l’Economie et des Finances, Abdoulaye Diop, la direction de JLS a sorti un communiqué dans lequel il lui fait savoir que c’est l’Etat qui lui doit 10 milliards et non l’argentier du pays.



Conflit Etat du Sénégal - Bara Tall : œil pour œil, dent pour dent
Bara Tall et ses employés ont décidé de répondre au coup pour coup face à l’Etat du Sénégal. Les cadres Jean Lefebvre Sénégal (JLS) ont répondu au ministre de l’Economie et des Finances qui a dit qu’il n’a pas reçu une autorisation pour payer Bara Tall. Ils ne situent pas là leur problème avec le gouvernement. Les agents de JLS ont estimé que «Le principal problème reste et demeure tous ces actes posés pour éliminer JLS du marché et la remplacer par des entreprises étrangères qui proposent des prix plus chers».

Les cadres de l’entreprise de Bara Tall ont souligné : «nous pensons que le Ministre des Finance a tort de persister à répéter qu’il n’a reçu aucun document pour payer. Nous allons donc faire référence à ses propres documents et il doit dès lors expliquer après aux sénégalais (et éventuellement aux bailleurs de fonds) quels autres documents il aurait reçus pour que les 2,8 milliards qu’il a fait voter dans le budget 2007 qu’il a défendu devant l’Assemblée Nationale pour payer les travaux terminés, réceptionnés, facturés et acceptés de la route Dian Malary – Carrefour 22, n’aient pas été payés à JLS».

Interrogation sur un décret pour des villas présidentielles

Pour mieux corser la réplique, ils ont agité un certain nombre de questions liées à des versements et actes administratifs pas plus orthodoxe que le paiement de leur dette. «Pourquoi 1,5 milliards de cette dépense, inscrite sous le Chapitre 41.6.751.96.065.101.27.1.1 du budget 2007 pour payer des travaux terminés et réceptionnés en 2006 ont été en partie virés par décret N° 2007-702 en date du 7 juin 2007 et par décret N°2007-1497 en date du 12 décembre 2007, au « programme de construction de villas présidentielles » de l’ANOCI ? Pourquoi, les 1,3 milliards restants disponibles, au lieu d’être versés à l’AATR pour payer au moins une partie de cette dépense dont, encore une fois toutes les factures ont été reçues et acceptées par l’Etat depuis plus d’un an, ont été reportés en décembre 2007 comme fonds libres dans le budget d’investissement sur la gestion 2008, par vous-même, par arrêté N°28.01.26.8.000585 MEF/DGF/DDI ?», ont-ils questionné.

En réalité, ont affirmé les cadres de JLS, «vous l’avez avoué vous-même, vous n’étiez pas autorisés à payer JLS. Cette non autorisation ne repose sur aucune base contentieuse légale ou administrative mais procède uniquement de la volonté sur laquelle nous ne reviendrons pas de tuer JLS».
Ils ont ainsi rappelé que «En effet les sommes réclamées concernent principalement la réalisation : de la route Diana Malary – Carrefour 22, des chantiers de Thiès, de l’autoroute Malick Sy - Patte d’Oie».

Rien que sur ces trois chantiers dont les travaux réalisés sont visibles de tous, JLS dispose, selon eux, d’un montant de 8 (huit) milliards en factures visées et acceptées sans aucune contestation par le client, qu’il soit le PCRPE, l’AATR ou l’APIX. «Il en est ainsi des 2 (deux) milliards et quelques complétant les 10,5 (dix et demi) milliards réclamés. Il faut arrêter donc de faire croire que ce sont les travaux de la route Fatick-Kaolack, sur laquelle des explications limpides ont été données, qu’on refuse de payer», ont ajouté ces employés qui ont tenu à marteler : «c’est donc en résumé à JLS (et non Bara TALL) que l’Etat (et non le Ministre des Finances) doit cet argent, plus de 10,5 milliards, fruit de travaux non fictifs, réceptionnés, facturés et acceptés et qu’ON refuse de payer».

Jean Louis Djiba

Jeudi 18 Juin 2009 - 09:26



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter