Conflit entre Sonatel et Global Voice Group : L’UEMOA tranche.


Le président Wade, suite à sa décision de confier la taxe sur les appels entrants à Global Voice Group se voit répliquer par l’UEMOA qui appelle ainsi ses Etats membres à « refuser de procurer des bénéfices au profit de l’Etat du Sénégal ».



Conflit entre Sonatel et Global Voice Group : L’UEMOA tranche.
La décision du gouvernement sénégalais d’instaurer une taxe ou un tarif sur les appels entrants trouve une opposition dans la sous région. En effet le communiqué qui résulte de la réunion sectorielle des ministres des télécommunications et des TIC des Etats membres de l’Uemoa a souhaité que cette mesure ne s’applique pas aux Etats membres de l’union selon le journal l’observateur.

Ce communiqué révèle que des experts en télécommunication des Etats membres alertent l’Uemoa et les ministres du danger que peut engendrer la surtaxe sur les communications internationales. De ce fait, ils ont rappelé la suspension sur la surtaxe de la Côte d’Ivoire suite aux plaintes des acteurs des télécommunications en 2009, celle du Burkina Faso en 2010 et celle du Mali qui est en cours depuis neuf mois.

Dans cette même perspective, l’Union Nationale des Entreprises de Télécommunication ivoirienne (UNTEL) a mis en garde l’Etat sénégalais et Ndongo Diao, le directeur de l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (ARTP), les invitant à ne pas compter sur elle pour « remplir les caisses du trésor public sénégalais ».

« Les immigrés sénégalais en Italie enfoncent le clou car ils déplorent la hausse de 3 euros sur les communications depuis l’entrée en vigueur de la mesure. Ainsi ils entendent eux aussi riposter contre ce décret », ajoutent nos confrères.

Mamadou Sakhir Ndiaye (Stagiaire)

Jeudi 12 Août 2010 - 14:23



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter