Congo-Brazzaville: l’UE demande plus d’actions pour lutter contre le braconnage

L’Union européenne a estimé, ce mercredi 11 décembre 2013, que le Congo-Brazzaville avait perdu la moitié de sa population d’éléphants ces dix dernières années. La principale cause est le braconnage, orchestré par des réseaux bien organisés et souvent impunis. Pour faire face au trafic de l’ivoire qui prend notamment la direction de la Chine, l’UE demande aux autorités congolaises de nommer un juge faunique chargé d’appliquer strictement la loi.



Le Congo-Brazzaville a perdu la moitié de sa population d’éléphants ces dix dernières années. Sadi Ugur OKÇu
Le Congo-Brazzaville a perdu la moitié de sa population d’éléphants ces dix dernières années. Sadi Ugur OKÇu

Engagée depuis de longues années dans la protection du plus grand parc du Congo, le parc d’Odzala-Kokoua, l’Union européenne est de plus en plus préoccupée par le braconnage qui règne dans cet espace, mais aussi dans d’autres réserves. Convaincue que les braconniers sont bien organisés en réseau et bénéficient souvent de l’impunité, l’UE appelle à la désignation d’un procureur dédié aux crimes fauniques.
 

Appliquer la loi
 

« Ce que nous souhaitons, c’est déjà que l’on applique la loi. Nous pensons que ce ne serait peut-être pas une mauvaise idée de désigner un procureur dédié à ce sujet. Certains pays sont aussi en cours d’examen d’une telle proposition. Ca va être le cas au Gabon et au Cameroun », explique Marcel van Opstal, ambassadeur et chef de la délégation de l’UE au Congo.
 

L'ivoire va en Chine
 

Marcel van Opstal demande au pays de traduire dans les faits les engagements internationaux pris dans le cadre de la lutte contre le braconnage. Le Congo a perdu, selon lui, la moitié de sa population de pachydermes ces dix dernières années. L’ivoire prélevé sur les éléphants prend notamment la direction de la Chine.

Source : Rfi.fr
 


Dépêche

Jeudi 12 Décembre 2013 - 12:45



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter