Congo: la majorité au pouvoir divisée

Au Congo-Brazzaville, le Mouvement Congolais pour la Démocratie et le Développement Intégral, deuxième formation de la majorité présidentielle, rejette toute modification de la constitution de janvier 2002.



La décision a été annoncée à l'issue d'un congrès extraordinaire du parti qui a regroupé plus de 1200 membres.
Selon un communiqué du MDDCI, le changement de la constitution constitue une violation collective de la loi fondamentale et des statuts du parti.
Le MCDDI a désigné le ministre Guy Brice Parfait Kolela pour porter ses couleurs à l'élection présidentielle de l'année prochaine.
Il appelle son principal allié, le PCT parti au pouvoir, à soutenir son candidat en 2016 comme il avait soutenu le sien, Denis Sassou Nguesso en 2009.
"Que notre allié nous soutienne aussi, c’est aussi cela l’amitié", a lancé le ministre Guy Brice Parfait Kolela à la sortie du congrès.
A la question de savoir si le MCDDI n’est pas en porte-à-faux aux côtés du parti congolais du travail qui milite pour la modification de la loi fondamentale, le ministre Guy Brice Parfait Kolela répond au correspondant de la BBC que cela ne regarde que le PCT.
Il soutient que dans la constitution congolaise, "il n’existe aucun article qui autorise son changement" et qu’il n’y a pas de crise des institutions politiques.
Cette fissure au sein de la majorité présidentielle est un coup dur pour le parti du président Sassou N'Guesso, le PCT.
La formation politique au pouvoir a déjà lancé la campagne pour le changement de la constitution qui limite à deux le nombre de mandats du chef d'Etat.
En 2009, tous les partis de la mouvance présidentielle ont soutenu la candidature de Denis Sassou N'Guesso, présenté par le parti congolais du travail.

BBC AFRIQUE

Dimanche 5 Avril 2015 - 14:23



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter