PRESSAFRIK.COM ,  L'info dans toute sa diversité



Congrès extraordinaire du PDS: Wade défie Macky, Moustapha Niasse et Ousmane Tanor Dieng



Congrès extraordinaire du PDS: Wade défie Macky, Moustapha Niasse et Ousmane Tanor Dieng
«Nous venons d’assister au choix par le Parti Démocratique Sénégalais (PDS) de son candidat à la prochaine élection présidentielle du Sénégal. Ce choix est fait dans la transparence, il s’est déroulé de manière publique en présence des militants et même en présence de la presse. On aura observé la caractère ouvert du choix du candidat, de l’établissement de la liste des candidats, le caractère démocratique, le choix du Congrès et la mise en place d’un véritable système d’élection comprenant l’impression des bulletins des candidats avec leur couleur comprenant des isoloirs…Choix ne peut pas être plus démocratique la preuve.


Cela ne s’est jamais vu nulle part dans le monde. Jamais au grand jamais, le choix du candidat par un parti ne s’est déroulé de façon plus ouverte, aussi démocratique », déclare le Secrétaire général du PDS, Me Abdoulaye Wade qui est loin d’en avoir fini. «Certains ont fait craindre des choix arbitraires, fermés mais aujourd’hui force est de reconnaître que l’élection a été un processus ouvert, pluriel, éminemment démocratique, le dépouillement a été fait publiquement…Le parti a choisi Karim Wade comme son candidat à la prochaine élection présidentielle… Un symbole de longue traversée difficile, semée d’embûches… », poursuit Wade qui ne manque de défier ses adversaires politiques. «Nous venons de donner un exemple. Il appartient aux autres de faire comme nous » sert-il. Avant d’ironiser : «S’ils arrivent à le faire».
 

«Notre candidat a été choisi publiquement, de façon démocratique, ce ne sont pas des votants fictifs, des bureaux de vote fictifs comme savait si bien le faire le Parti Socialiste (PS) qui n’a pas oublié ses méthodes d’ailleurs. Le choix d’un candidat par un parti exige le respect de normes démocratiques en l’absence desquelles en ce qui me concerne, je considérerais les autres candidats comme imposés par leur direction politique. Cela veut dire quoi que les autres candidats de l’APR, Macky Sall et de sa coalition, Moustapha Niasse et le PS, nous les invitons à faire comme nous, s’ils ne le font pas, nous considérerons leur candidat comme étant simplement imposés par les directions de leur parti c’est-à-dire sans le consentement des militants », déclare le président sortant. Ceci, à l’issue du Congrès extraordinaire du PDS tenu ce samedi sur le choix du candidat à la prochaine présidentielle.
 


Samedi 21 Mars 2015 - 21:27



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter