Conseil interministériel et visite du Chef de l'Etat: les Rufisquois refusent de rêver

Rufisque accueille présentement l’ensemble du gouvernement pour les besoins du Conseil interministériel. Ce, avant la venue du Chef de l'Etat qui y passera quatre (4) jours. Mais il faut dire que Mahammed Boun Abdallah Dione et ses ministres ne font pas trop rêver les rufisquois. Interrogés par l'équipe de Pressafrik.com,pessimisme semble être le sentiment le mieux partagé. Car d’après eux, ce conseil interministériel ne peut pas changer le vrai visage de Rufisque et cela s’explique par des rafistolages qui cachent la vraie face de la ville.



Conseil  interministériel et visite du Chef de l'Etat: les Rufisquois refusent de rêver
Chauffeurs de clando, vendeurs de téléphones portables, riverains, tous ont le même mot : «Rufisque est un cas d’urgence». Ce Conseil interministériel s’est ouvert dans une ville qui a fini de faire sa toillette mais n’empêche, nos autorités ne peuvent pas cacher le vrai visage de Rufisque », fulminent certains riverains.

Pour Mouhamed, agent  à la mairie de Rufisque, cette réfection n’a rien à avoir avec les problèmes réels de Rufisque. Et de préciser: «C’est très normal que quand le président de la République vienne nous rendre visite. Mais personne ne lui dira les problèmes qui gangrènent cette ville car il est au courant de tout ce qui se passe».

Même son de cloche pour ce vendeur de téléphone portable, Tamsir Mamour Fall. «Nous sommes des jeunes et nous sommes des entrepreneurs et nous attendons pas grand-chose du Président Macky Sall. Comme on est dans un pays de l’émergence, nous demandons qu’un coup de pousse venant du président de la République», campe-t-il. Avant d’ajouter : «nous n’avons pas d’hôtel digne de ce nom pour accueillir le Président  de la République et c’est honteux pour une ville comme Rufisque».

Contrairement à Ibra Sall, chauffeur de clando, qui pense que tout le problème de Rufisque, c’est «le manque de bonnes routes». «Cette route qui va vers l’hôpital Youssou Bargane est très mauvaise. C'est bientôt l’hivernage et jusqu’à présent il n’y a pas d’amélioration», décrit-t-il en demandent au Premier ministre et son gouvernement de "(leur) tendre la main afin de faire de Rufisque une ville moderne".

Aminata Diouf

Mardi 19 Juillet 2016 - 15:38



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter