Conseil régional de Thiès: la Bataille à distance entre Idy, Me Wade et Macky Sall reporté au 27 décembre



Conseil régional de Thiès: la Bataille à distance entre Idy, Me Wade et Macky Sall reporté au 27 décembre
Le lundi 16 décembre, les tractations ont été très nombreuses à l’hôtel de région de Thiès. Et pour cause, les coalitions étaient en branle pour diriger le conseil régional de Thiès. Même s’il s’agit d’un magistère de 6 mois, les enjeux politiques sont énormes et l’opération est un véritable duel politique entre Me Wade, Macky Sall et Idrissa Seck. L’élection du nouveau président était certes inscrite au premier point de l’ordre du jour. Mais finalement l’affaire a été renvoyée au 27 décembre. A l’ouverture de la session, 65 présences ont été enregistrées, 5 absences dont 3 excusées.

Toutefois, après l’installation de Modou Diagne qui remplace Idrissa Camara sur la liste des conseillers, Hélène Tine présidente par intérim a fait par d’une correspondance du gouverneur parvenue dans la matinée. Elle faisait état de l’indisponibilité pour lui d’assister à la séance en raison de contraintes de calendrier et d’urgences. Mais auparavant les groupes se sont concertés sur la question et dans la salle, les présidents de groupes, en l’occurrence Jean-Pierre Tine, Souleymane Diène, Serigne Mboup, ont accordé leur violon sur la date du vendredi 27 décembre.

Cependant, les conseillers se sont insurgés contre la correspondance du gouverneur. Selon Pape Diop, « le gouverneur ne fait que supervise et il ne devait pas attendre le jour J pour balancer une telle correspondance ». D’autres soupçonnent la main du pouvoir dans ce report. Pour cause, le Parti Démocratique Sénégalais (PDS) et ses alliés ont sonné l’unité autour de la candidature de Serigne Mbacké Ndiaye. Quant au Rewmi, Mor Séne et Jean Pierre Tine ont été partagés par un vote. Et Jean Pierre Tine, le perdant s’est rangé pour être le directeur de campagne de Mor Séne.

Du côté de la coalition favorable au pouvoir, c’était la dispersion totale dans les rangs avec trois (3) candidatures. Il est évident que le pouvoir n’aime pas que ce levier politique lui échappe. En effet, prendre le conseil régional des mains de Rewmi serait un symbole très fort dans la bataille psychologique qui mène vers les locales de juin 2014.


Mardi 17 Décembre 2013 - 09:52



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter