Conseils des ministres délocalisés : les promesses qui pèsent lourd contre Macky Sall

A chaque région son budget et son chapelet des promesses de financement des projets. Thiès vient de recevoir en Conseil des ministres délocalisés son parchemin de plan de relance de l'économie de la région. Au total, un pactole de 448 milliards à investir, dont les 247 sont déjà acquis, pour remettre Thiès sur les rails. Mais qu'en est-il des promesses qui l'on précédées?



Pourvu que les promesses se tiennent et que les milliards sortent afin que l'on entame la marche vers l'émergence. Car, l'attente se prolonge pour ceux qui avaient reçu les serments de financement lors des différents conseils de ministre décentralisé. Saint-Louis d'abord, le Conseil des ministres du 7 juin 2012, présidé par le Premier ministre Abdoul Mbaye, avait permis de cibler 46 projets en cours de réalisations pour un montant globale de 306 milliards sur les 3 ans (2012, 2013 et 2014).


Une semaine plus tard, c'est au tour de Kaolack, de recevoir le gouvernement. Dans cette région, l'enveloppe s'élevait à 255 milliards, surtout pour réduire le chômage. Ensuite, c'est Ziguinchor, le 26 juin. Des crédits ont été annoncés pour dans le Budget 2013 pour la finition du marché central de Boutoute (6 milliards) et l'achèvement de l'hôpital (5,2 milliards). Il y avait aussi un financement de 100 milliards du Millenium Challenge Account, sans oublier les projets connexes des partenaires financiers.


Dans le région de Kolda, 204 milliards seront promis pour la relance de l'économie. Matam, en mars 2013, le conseil interministériel a maintenu l'enveloppe budgétaire à 127, 465 milliards. Une somme qui était prévue principalement pour les infrastructures. Le 20 décembre 2013, Louga accueillait le conseil interministériel. C'était l'occasion pour le gouvernement de retenir un montant de 100 milliards sans compter les projets d'envergure nationale intervenant dans la région du Ndiambour. Kédougou, la région aurifère reçoit en Conseil des ministres décentralisé, une promesse de 192 milliards. Le Premier ministre, Aminata Touré avait même souligné que 109 milliards sont mobilisés pour enclencher le développement de cette région.

Les quelques satisfactions

Mais depuis le début des ces périples dans les capitales régionales, les promesses s'enchainent et l'attente devient de plus en plus pesante. Seulement, il faut reconnaitre les quelques réalisations.

C'est la route Linguère-Matam, terminé par le régime de Macky Sall, même si on peut reconnaitre que c'est un héritage de l'Ancien Régime. Cette infrastructure a permis de ramener à 200 Km, les 700 qu'il fallait faire pour se rendre à Matam en passant par Saint-Louis.

Dans la région de Kaolack, plus d'I milliards a été injecté dans la gestion des systèmes de canalisation. Selon l'Enquête, la région de Kédougou, a un programme d'investissement qui est en cours d'exécution pour un montant total de 109 milliards.


Vendredi 6 Juin 2014 - 12:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter