Constitution algérienne: l’avant-projet de réforme présenté

En Algérie, l'avant-projet de réforme de la Constitution a été présenté à la presse ce mardi matin. Cette modification était attendue depuis 2013, mais a été retardée par la maladie du président Abdelaziz Bouteflika. Il y a plusieurs changements annoncés dans ce document qui fait 40 pages. On y trouve notamment plusieurs garanties sur les droits des citoyens et sur les libertés politiques.



Le document revient sur les libertés individuelles d'abord : les Algériens ont le droit de manifester pacifiquement dans le cadre de la loi. Les traitements cruels, dégradants contre les personnes sont criminalisés. Il y a aussi un passage sur la liberté des médias : un journaliste ne peut pas être privé de liberté après une condamnation pour délit de presse.
 
Concernant la politique, la mesure phare est la limitation à deux des mandats présidentiels. Les droits de l'opposition, déjà garantis par la loi telle la liberté d’opinion, de réunion et d’expression dans les médias, sont consacrés également. La transparence et l'impartialité des pouvoirs publics lors d'élections seraient inscrites dans la Constitution avec la création d'une instance indépendante.
 
La langue berbère devient langue officielle
 
L'avant-projet constitutionnel comprend aussi un volet économique et social important. L'Etat doit promouvoir la justice sociale sur tout le territoire, encourager une économie diversifiée et améliorer le climat des affaires. Pour lutter contre le fléau de la corruption, un organe national indépendant serait créé. Enfin, une mesure forte est avancée : la reconnaissance de la langue berbère comme langue officielle et non plus seulement nationale.
 
L'avant-projet sera transmis aux partis pour un vote au Parlement. Il doit ensuite être soumis à référendum 50 jours après son adoption. 

Khadim FALL

Mardi 5 Janvier 2016 - 14:38



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter