Construction sur le domaine public maritime: l’Etat et la ville de Dakar à des années lumières

Ils ne parlent pas le même langage. Tout commence par l’occupation du domaine maritime. Et à ce propos les actions de l’Etat et la vision de la mairie de Dakar sont à des années lumières. En effet, face à la volonté manifestée par l’édile de la capitale, Khalifa Sall qui est allé jusqu’à interdire toute construction au niveau dudit domaine, l’Etat sur l’échange de bons procédés entre pays amis, permet à l’Ambassade de la Turquie de s’y installer. Ce que regrette, le premier adjoint du maire socialiste, Cheikh Gueye qui ne manque pas de brandir le code des collectivités locales qui tranche le débat.



La mairie de Dakar regrette les constructions sur le domaine public maritime. C’est le moins que l’on puisse dire suite à la réaction de Cheikh Gueye, 1er adjoint au maire de Dakar, Khalifa Sall. « C’est une situation regrettable. Vu son caractère inaliénable et pour préserver l’intégrité du domaine public maritime, nous avions pris des mesures de sauvegarde de la Corniche d’abord par la réalisation d’aménagements sportifs mais aussi la décision de ne plus délivrer de permis de construire. Mais malheureusement avec des situations assez inexplicables, on voit certaines choses se passaient et c’est regrettable », s’insurge ce dernier qui pointe du doigt l’Etat du Sénégal.


En effet, sur le projet de construction d’une ambassade turc sur la Corniche, il est sans complaisance avec le pouvoir en place. « En ce qui concerne la mairie, on a fait beaucoup d’actions pour la préservation du domaine public maritime mais maintenant si l’Etat décide de permettre à l’ambassade de Turquie d’y ériger  une construction, c’est à l’Etat de répondre à cela. Au niveau de la Ville, nous avons pensé qu’il fallait préserver le domaine public maritime et permettre aux populations à chaque fois que de besoin d’accéder à la mer ».


A ce propos, « nous avons été jusqu’à discuter tous ceux qui s’étaient installés sur le domaine pour voir comment on pouvait même créer des couloirs de passage malgré les infrastructures érigées en pour les populations », dit Cheikh Gueye qui indique qu’ « il y a une clause dans ce domaine qui fait en ce qui concerne les travaux que l’Etat puisse à travers les services du ministère de l’urbanisme délivrer des autorisations de construire ». Ce qui pose regrette-t-il « problème d’autant plus que conformément au code des collectivités locales, c’est une compétence de ladite collectivité locale». Mais ce qu’il y a, c’est que « la mairie de Dakar ne veut pas s’inscrire dans une dynamique de concurrence » en tant que « démembrement de l’Etat ». Ce, au « respect des textes et règlement dans ce pays là ».


Pour Cheikh Gueye qui parle de gestion hybride au niveau du domaine public maritime où à part l’Etat et la ville de Dakar, même le conseil régional intervient, le moment est venu de regarder tous ensemble dans la même direction. Au moment où, conclut-il, « beaucoup d’associations » n’ont de cesse d’interpeller la mairie de Dakar sur ces constructions. 


Jeudi 20 Mars 2014 - 15:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter