Contestation chez Moustapha Niasse: les jeunes de l’AFP exigent un candidat pour 2017

Les jeunes de l’Alliance des Forces du Progrès (AFP) ne veulent pas cautionner l’acte d’allégeance de leur le leader Moustapha Niasse qui a dit à haute et intelligible voix que sa formation ne va pas nager à contre-courant du Président Macky Sall pour les élections de 2017. En assemblée générale, hier au quartier général de l’AFP, ces jeunes progressistes ont manifesté leur ambition de présenter un candidat en vue de jouer les grands rôles pour la prochaine élection présidentielle.



Les jeunes de cette formation de la mouvance présidentielle ont fait une véritable démonstration de force pour afficher leur opposition à la décision de leur leader, Moustapha Niasse, par ailleurs président de l’Assemblée nationale, de soutenir la candidature du Président Macky Sall en 2017. Déjà, le samedi les dissidents ont ouvert les hostilités depuis Bandia, dans la commune de Ngékhokh. Où les 255 délégués se sont réunis, pour débattre du thème: « Jeunesse de l’AFP: contexte national, solutions et perspectives ».


Mais avant la fin de leur résolution finale de leur conclave, les jeunes progressistes ont été convoquées en comité stratégique et action (Csa). L’objectif c’est d’avoir un candidat pour leur formation politique. Décidés de faire respecter leur engagement, ces jeunes scandaient sans cesse : « AFP, candidat en 2017 ». Car, rappellent ces jeunes, le but de ce parti c’est d’aller à la conquête du pouvoir.


«Nous avons milité dans ce parti pendant 16 ans, c’est sur des chaises qu’on nous mettait pour parler, nous avons donné notre énergie, notre temps, notre jeunesse et avons cotisé ce que nous avons en tant que jeunesse… », peste Ababacar Fall, le rapporteur du jour, dans « Libération ». 


Lundi 19 Janvier 2015 - 13:09



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter