Contrat d’affermage : quand le président Sall absout de tout risque la SDE

Dans la situation de pénurie d’eau qui a occasionné de nombreux désagréments aux populations de la capitale sénégalaise, Dakar et ses environs du 12 septembre au 1er octobre dernier, le président Sall ne serait pas exempt de tout reproche. Au cœur du contrat d’affermage qui relie l’Etat du Sénégal à la Sénégalaise des Eaux (SDE) fortement contesté depuis la rareté du liquide précieux, le successeur de Wade alors ministre de l’hydraulique puis premier ministre avant sa sortie du Parti Démocratique Sénégalais (PDS), il « a signé le premier avenant dudit contrat ». Ce, à l’insu du président Wade et contre l’avis même de la Société Nationale des Eaux (SONES) et ses avocats ». Les libéraux qui dévoilent le pot au roses, ne manquent pas de préciser que c’est ce qui « changea fondamentalement le paradigme de l’affermage et annula presque tout risque pour le fermier ».



Contrat d’affermage : quand le président Sall absout de tout risque la SDE
Accusés d’être responsables de la pénurie d’eau qui a prévalu sous nos cieux dernièrement, les libéraux apportent la réplique. Et ce, pour dévoiler le rôle joué par leur ancien camarade de parti devenu président depuis 18 mois déjà dans le fameux contrat d’affermage qui relie l’Etat du Sénégal à la SDE, un « avenant illégal fait à l’insu du président Wade et contre l’avis de la SONES qui » absout  « de tout risque la SDE ».

 « Le premier avenant fut signé par Macky SALL lui même. Il fut signé à l’insu du Président Wade, contre l’avis de la SONES et de ses avocats. C’est ce contrat qui changea fondamentalement le paradigme de l’affermage et annula presque tout risque pour le fermier. Cet avenant est en fait illégal puisqu’il n’est signé que par le seul Macky SALL, Ministre en charge de l’hydraulique. L’avocat de la SONES avait insisté, le parallélisme des formes l’exigeant, que le Ministre des Finances le contresigne et que le premier l’approuve » lâchent-ils tout en précisant que « l’avenant n°2 fut signé par la SONES et Macky SALL, et l’avenant n°3 prorogeant le contrat jusqu’en 2011 fut approuvé par le premier ministre de l’époque, M. Macky SALL ».
Mieux, « le seul avenant signé après le départ de Macky SALL du gouvernement avait pour l’objet la prorogation sous certaines conditions du contrat avec SDE qui devait changer la forme juridique de la collaboration.

Le régime de Macky SALL l’a d’ailleurs annulé, un avenant est signé et l’avant-dernier conseil des ministres avait retenu la signature rapide d’un nouvel avenant sans tenir compte du code des marchés. Le marché de Degrémont, filiale de Suez Environnement, fut signé par Macky SALL, Ministre de l’Hydraulique et il connait bien les clauses » chargent Oumar Sarr et Cie qui indiquent, « indépendamment des conditions de l’exploitation, on ne peut plus nier que la SDE avait averti l’Etat en 2013, et la responsabilité de l’Etat est totalement engagée. Personne ne peut le nier. La grosse panne, et non l’incident, était prévisible et même visible à un moment donné. L’Etat a tardé à réagir. C’est un fait. Les conclusions et les conditions du marché sont connues du Chef de l’Etat. C’est un autre fait. La SONES a envoyé une lettre de mise en demeure à Degrémont qui n’aura, tout le monde le sait, aucun effet. Elle était inutile et amuse plutôt la galerie » dans un communiqué parvenu à notre rédaction où ils se demandent.

« Quand on commence à réparer sans avoir exigé de l’entrepreneur qu’il répare immédiatement après constat d’huissier, sans même utiliser le processus défini par l’entrepreneur, et envoyer ensuite une mise en demeure est une véritable escroquerie intellectuelle. C’est un b-a-ba. Que cache-t-on ? ». 


Lundi 7 Octobre 2013 - 13:24



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter