Contre Macky Sall, la FNCL réitère "son engagement total en faveur de la défense de la République et de ses valeurs"



Contre Macky Sall, la FNCL réitère "son engagement total en faveur de la défense de la République et de ses valeurs"
Le communiqué de la Fédération Nationale des Cadres Libéraux (FNCL) est parvenu à Pressafrik.com. «Le 25 Mars 2012, le Peuple sénégalais fort de sa maturité démocratique, déjà exprimée à travers l’alternance du 19 Mars 2000, faisait le choix souverain de réaliser une seconde alternance. Trois années plus tard, regrets, consternations et désolations furent les maitres mots dans un Sénégal devenu champion du recul démocratique et de la régression économique. Le peuple souffre, sa complainte fuse de partout. En milieu rural, la population est aux abois, elle souffre des conséquences désastreuses d’une mauvaise campagne de commercialisation des récoltes, elle peine à avoir accès à l’électricité et à l’eau potable de manière suffisante et qualitative », notent les libéraux.
 
Selon eux, «en milieu urbain, le tableau n’est guère meilleur dans la mesure où l’insécurité, la déperdition scolaire, la situation désastreuse des PME et PMI, le chômage galopant des jeunes et l’immigration clandestine constituent des cancers qui gangrènent dangereusement le tissu social. Et Pendant ce temps, le Président Macky SALL, les élus et les gouvernants de sa coalition hétéroclite, préoccupés par un second mandat devenu illusoire au regard de la détermination du peuple à les chasser dès la première élection, en viennent à oublier l’impérieuse nécessité d’apporter des solutions aux souffrances des sénégalais. Ainsi le statut méprisable de l’homme politicien a pris largement le dessus sur celui d’homme d’Etat, sur celui d’homme républicain et cela, au mépris des principes fondamentaux d’un Etat de droit, au mépris de l’épanouissement économique et social de la population active et de la génération future ».


«Cette situation ne nous surprend guère, vue l’incapacité notoire du Président Macky SALL à porter un projet novateur pour le Sénégal, à se défaire de sa gestion familiale des affaires publiques et de son pilotage à vue. C’est précisément dans ce contexte où le Sénégal s’embourbe dans la fange d’un 25éme rang dans le classement des pays les plus pauvres, que le Président lance un appel à l’oisiveté et ose demander aux acteurs politiques d’être les observateurs passifs du débat sur la situation politique, économique et sociale du pays », s’indigne la FNCL qui «ne saurait se complaire de cette inertie fortement préjudiciable au développement économique, à la vitalité de la démocratie, à l’Etat de droit ». Forte de ce fait, elle réitère «son engagement total en faveur de la défense de la République et de ses valeurs notamment la séparation effective des pouvoirs, le respect de l’Etat de droit et des libertés constitutionnelles ».
 
Les cadres libéraux entendent «renforcer (leur) position de sentinelle de la démocratie et de défenseur du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) qui subit les attaques injustes et répétitives de la part du régime actuel. Calomnies, médisances, diffamations, mensonges et persécutions sont utilisés par Macky Sall et son régime, pour déstabiliser le PDS, déstructurer son organisation et saper sa dynamique d’unité. Cela est peine perdue. Le PDS restera un grand parti, uni derrière son Secrétaire Général National, Me Abdoulaye WADE, investi de la confiance de ses militants, fort du soutien des mouvements de sympathie et ragaillardi par l’adhésion massive du peuple à son projet social ».

 
«Ainsi, face à la tyrannie et à l’oppression du pouvoir», la FNCL va «se mettre en ordre de bataille en mettant au-devant la nouvelle offre politique 2017 que le parti et son candidat comptent présenter au peuple du SENEGAL, seul et unique détenteur de la souveraineté. Elle combattra par tous les moyens de droits, l’injustice et l’arbitraire de quelques pouvoirs qu’ils émanent ». Dans ce sillage, les libéraux réunis ce jour, dénoncent «avec la dernière énergie l’incarcération abusive et arbitraire de leurs frères dont Toussaint MANGA, Secrétaire Général de l’Union des Jeunesses Travaillistes et Libérales (UJTL), Victor Sadio Diouf, Secrétaire Général du Mouvement des Elèves et Etudiant Libéraux (MEEL), Serigne Abbo Mbacké Thiam, Etudiant de moins de 20 ans à la Faculté de Droit,  Moussa Mané, un retraité de 67 ans,  Abdourahmane Ly,…Mamadou Pouye, Karim Meissa Wade, «tous otages politiques du régime de Macky SALL».


La FNCL exige qu’il soit mis fin à la détention arbitraire de l’otage politique le Docteur Toussaint MANGA. Elle interpelle les autorités judiciaires afin que des mesures utiles et urgentes soient prises pour faire cesser ces violations flagrantes des droits des frères précités.


Vendredi 18 Décembre 2015 - 18:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter