Contre le trafic d'armes, la drogue et la pêche illégale: 11 navires de guerre, 4 avions et 1500 hommes sur nos côtes

Les Etats-Unis et le Sénégal ont entamé, jeudi 6 mars, un exercice naval multinational de sept jours intitulé Saharan Express 2014. Un exercice est mené en partenariat avec neuf autres pays : le Cap-Vert, le Liberia, la Mauritanie, le Maroc, la France, la Grande-Bretagne, l’Espagne, le Portugal et les Pays-Bas.



Onze navires de guerre (patrouilleurs et frégates), quatre avions de surveillance, cinq centres de coordination et 1 500 hommes environ : de gros moyens sont mis en oeuvre pour un exercice en mer grandeur nature. Son objectif est de renforcer les capacités des marines de l’Afrique de l’Ouest et la coopération sous-régionale dans la lutte contre les trafics d’armes, les trafics de drogue et la pêche illégale.

« Ce qui est essentiel pour nous au cours de ces exercices de Saharan Express, c’est d’aider les Nations, de faire le constat de ce qui se passe dans leurs eaux, c’est-à-dire comment détecter et comment communiquer. Il faut partager cette information. Et à ce moment-là, tout le monde aura une idée de ce qui se passe dans les eaux pour s’entraider », détaille le capitaine de vaisseau américain John Tokarewich, directeur de l’exercice.

Action collective contre une menace collective

Au programme : trois jours de formation à terre, trois jours de manœuvres en mer pour revoir les techniques d’abordage et d’inspection des cargaisons, mais aussi la mise en œuvre de procédures communes et l’interopérabilité des forces engagées.

Un travail collectif nécessaire pour le capitaine de frégate Serigne Fallou Diouf, commandant le groupement naval opérationnel de la marine sénégalaise : « On gagne en expérience, en savoir-faire. C’est très important que l’on se rende compte qu’on s’échange, qu’on travaille ensemble parce que la menace est collective. Donc il faudra qu’on y apporte une réponse collective ».
Source: Rfi.fr



Vendredi 7 Mars 2014 - 12:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter