Côte d'Ivoire: Après son incident, le président de l'Assemblée nationale écourte son séjour en France et rentre à Abidjan aujourd'hui

Après son incident avec la justice française le président de l’Assemblée nationale ivoirienne est en ce moment en route pour Abidjan alors que la défense de Michel Gbagbo annonce que le mandat d'amener n'a pas été levé par la justice française.



Côte d'Ivoire: Après son incident, le président de l'Assemblée nationale écourte son séjour en France et rentre à Abidjan aujourd'hui
Le porte- parole du gouvernement ivoirien a donné cette information à la presse au cours de la traditionnelle conférence de presse d’après conseil des ministres.
«Maintenant pour le reste je peux vous dire que le président de l’Assemblée nationale est dans un avion il est en train de venir vers Abidjan,» a déclaré Bruno Nabagné Koné.
Avec ce retour Guillaume Soro Rechercher Guillaume Soro écourte, semble-t-il son séjour en France parce que de source sûr l’immunité absolue dont –il jouissait au titre de la Présidence prendrait fin le 17 décembre.

Les détracteurs de celui qui fait face à une affaire d'écoutes au Burkina Faso en rapport avec le coup d'Etat, affirment qu’il a fui la France Rechercher France de peur d’être à nouveau dans le collimateur de la justice de ce pays.

Par ailleurs, en annonçant le retour du président de l’Assemblée nationale ivoirienne, le porte-parole du gouvernement est revenu sur l’incident d’hier.
Selon lui la Côte d’Ivoire ne s’oppose pas à une décision de justice, mais, il s’agit de faire en sorte que les choses se passent conformément au droit international.

«Il s’agit ici de l’accord de coopération en matière de justice entre la Côte d’Ivoire et la France qui date du 24 avril 1961.Cet accord n’a pas été appliqué. Il s’agit ensuite de l’immunité absolue qui est donnée à une personnalité qui se déplace comme c’était le cas du président de l’Assemblée nationale avec un mandat du président de la république, c’est en conformité avec la convention de New York sur les missions spéciales du 8 décembre 1969. La bonne qualité des relations de coopération entre la Côte d’Ivoire et la France impose ne serait-ce que par rapport à la dignité de la personne qui est concernée que des démarches soient faites d’information au minimum des autorités du pays, » a-t-il expliqué.

Cependant sur le fond du problème, Bruno Nabagné Koné estime que la justice française par les voies habituelles, notamment dans le cadre d’une commission rogatoire pourra saisir la Côte d’Ivoire et entendre donc la personnalité concernée ou sur le territoire ivoirien ou ailleurs.
Il a enfin conclu qu’il a bon espoir que ça va se faire de cette façon et qu’il n’y aura pas de problème.

source:koaci.com

Dior Niang

Jeudi 10 Décembre 2015 - 07:21




1.Posté par fatima massage le 10/12/2015 11:25
vs qui etes stresse oubien mener par la fatigue fatima est la pour votre satisfaction au cabinet ou a domicil une equipe de jeune fille tres professionelle vs acceuille ds un cadre bien calm en tte securite tel 77 776 36 53 / 77 181 81 33

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter