Côte d’Ivoire/Régions aux faibles dépenses de ménage: La Bagoué (Nord) occupe le 1er rang avec moins de 225.000 Fcfa

La région de la Bagoué située dans le nord de la Côte d’Ivoire occupe le premier rang des régions dont les dépenses annuelles par ménages sont les plus faibles avec 224.305 Fcfa, indique le rapport 2015 de l’Institut national de la statistique (INS).



Avec "18,3%" de familles en "insécurité alimentaire" pour une population de 375.687 habitants la Bagoué dont le chef-lieu est Boundiali (731 km d’Abidjan) se positionne en première place. Les principales sources de revenus dans cette région sont liées à la culture cotonnière.

 

Selon l’étude, dans "les familles pauvres, 50,2% des dépenses de consommation sont affectées à l’alimentation contre 40,7% chez les non pauvres".

 

Frontalière au Mali, le Folon dont le chef-lieu est Minignan (934 km d’Abidjan) tient la 2e place de ce classement avec 261.765 Fcfa de dépenses par famille. Bien que son sous-sol regorge de manganèse, la région peine à se développer.

 

Elle est suivie  du Kabadougou (nord-ouest) troisième en terme de dépense moyenne par ménage avec 264.709 Fcfa. Estimé à 71,7%, le taux de pauvreté de de la région est le plus élévé au plan national. Le chef-lieu, Boundiali (731 km d'Abidjan) tire l’essentiel de son économie de la culture du coton, de la noix de cajou, des céréales (mais, mil, fonio) et de l’élevage.

 

Zone de production de la noix de cajou dont la Côte d’Ivoire est passée première productrice en 2015 avec 702.000 tonnes, le Bounkani (nord-est) occupe la quatrième place avec 268.150 Fcfa de dépense de consommation par famille. Elle fait frontière avec le Ghana à l’Est et le Burkina Faso au Nord.

 

 Le Tchologo ferme la marche du classement à la cinquième place avec 16% de familles en insécurité alimentaire pour des dépenses évaluées à 268.740 Fcfa . Sa population d’environ 467.958 habitants a une culture essentiellement pastorale basée sur l’élevage de bœufs et de moutons.

 

Les ménages à faible revenu affectent 2,8% des parts de leur budget à la santé et 3,5% à l’éducation contre respectivement 3,1% et 4,3% pour les familles moyennes.

 

Les Ivoiriens "les plus riches" dépensent en moyenne 13,7 fois plus que les 10% des plus pauvres. Ce ratio était de 23,7 en 2002 et de 15,1 en 2008, précise le rapport.

Source: Alerte Infos



Samedi 20 Février 2016 - 13:15



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter