Côte d’Ivoire: la force Licorne change de statut

Le ministre français de la Défense est arrivé le vendredi 9 mai au soir à Abidjan pour une visite de deux jours en Côte d’Ivoire. Jean-Yves Le Drian a annoncé le changement de statut de la force Licorne, qui va bientôt devenir une base avancée des forces françaises en Côte d’Ivoire. Des forces destinées à effectuer des missions en Afrique de l’Ouest et ailleurs sur le continent.



Soldat français de l'opération Licorne, à Abidjan. REUTERS/Luc Gnago
Soldat français de l'opération Licorne, à Abidjan. REUTERS/Luc Gnago
La France a décidé de réorganiser son dispositif militaire en Afrique de l’ouest. L’objectif visé est d’être plus réactif dans la lutte contre le terrorisme dans la région et surtout dans la bande sahélo saharienne. Jean-Yves Le Drian, le ministre français de la défense a ainsi annoncé la décision de Paris de transformer la présence à Abidjan de l'opération Licorne - lancée en 2002 après le début de la rébellion ivoirienne - en une base opérationnelle avancée ; celle-ci devenant opérationnelle à partir du 1er janvier 2015.

Le président ivoirien Alassane Ouattara (à g.) et le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, le 9 mai à Abidjan. AFP PHOTO/ SIA KAMBOU
Le président ivoirien Alassane Ouattara (à g.) et le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, le 9 mai à Abidjan. AFP PHOTO/ SIA KAMBOU

Les effectifs de la mission Licorne vont passer de 500 à 800 hommes. Pour M. Le Drian, « Licorne était une opération d’intervention menée depuis douze ans maintenant dont les objectifs touchent à leurs fins. Donc, nous avons estimé qu’il fallait changer le statut de la présence des forces françaises en Côte d’Ivoire. Et nous allons transformer Licorne en force française en Côte d’Ivoire afin que sa présence, ici à Abidjan, puisse aider à des interventions éventuelles sur d’autres théâtres à partir de la Côte d’Ivoire, et éventuellement de soutenir aussi les opérations qui peuvent se développer dans le cadre du contre-terrorisme que nous menons dans la bande sahélo saharienne. »

Une « présence de longue durée »

« Donc, poursuit le ministre français de la Défense, c’est une nouvelle dimension, ça veut dire une présence de longue durée pour appuyer le cas échéant les interventions que nous aurions à faire sur l’ensemble du théâtre africain quand il y a des crises ou des drames, ou des interventions nécessaires. Et donc d’un effectif d’environ 500 militaires aujourd’hui, on touchera autour de 800, au moment où la force sera en plein dans son périmètre. »

Après s’être entretenu hier soir, avec Jean-Yves Le Drian, le président ivoirien Alassane Ouattara a salué « une coopération militaire exemplaire entre la France et la Côte d'Ivoire ». Celui-ci a précisé que le texte du nouvel accord de partenariat de défense signé en 2012 entre les deux pays sera « examiné dans les toutes prochaines semaines par les députés ». En France, l’Assemblée nationale et le Sénat ont déjà voté et ratifié cet accord.



Samedi 10 Mai 2014 - 16:21



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter