Côte d’Ivoire: le FPI affaibli à un an de la présidentielle

En Côte d’Ivoire, le FPI de l’ex-président Gbagbo accueille sans étonnement l’annonce faite par la Cour pénale internationale de maintenir les poursuites contre leur leader pour crimes contre l’humanité. Mais en l’absence de son « champion » emprisonné à La Haye, le FPI a bien du mal à adopter une ligne politique à l’unisson dans la perspective de l’élection présidentielle de 2015 et les débats son parfois passionnés.



Le président par intérim du FPI, Pascal Affi N'Guessan lors de la convention de son parti, le 22 février 2014. AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO
Le président par intérim du FPI, Pascal Affi N'Guessan lors de la convention de son parti, le 22 février 2014. AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO

La décision de la CPI  sera probablement évoquée ce samedi à Abidjan lors d’un nouveau comité central du FPI, et ce dans un contexte quelque peu électrique. Il y a deux semaines, la dernière réunion du genre avait donné lieu à un début de pugilat  entre certains représentants de l’aile dure du principal parti d’opposition et ceux partisans d’une normalisation politique.

Au cœur des querelles, la participation de membres du Front populaire ivoirien à la Commission électorale indépendante. Le débat a fait long-feu, puisque depuis, les représentants de l’opposition ont suspendu leur participation aux travaux de cette Commission, suite à la réélection de Youssouf Bakayoko  au poste de président de la CEI. Bakayoko, l’homme du consensus, mais seulement entre Ouattara et Konan Bédié, dénonce l’opposition. Celle-ci perçoit là des manœuvres politiques entre le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et le Rassemblement des républicains de Côte d’Ivoire (RDR).

Participer ou pas à la prochaine présidentielle, rejoindre ou non la CEI, les sujets de joute orale entre les différents du parti de Laurent Gbagbo ne manquent pas. Et tandis que ces cadres débattront peut-être avec passion à Abidjan, dans le même temps, le président Ouattara entamera une grande visite dans le fief d’Henri Konan Bédié. Les alliés du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) joueront probablement à Daoukro la partition de l’alliance harmonieuse, avec en point de mire l’élection de 2015.


Rfi.fr

Samedi 13 Septembre 2014 - 09:58



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter