Côte d'Ivoire: les frondeurs n’iront pas au congrès du PDCI

En Côte d’Ivoire, les quatre contestataires du PDCI (parti au pouvoir) qui refusent de soutenir Alassane Ouattara dès le premier tour de l’élection présidentielle ont tenu une conférence de presse, ce jeudi 26 février à Abidjan. Ils refusent « l'appel de Daoukro » lancé par le président du PDCI Henri Konan Bédié et qui, contre toute attente, renonce à présenter un candidat pour la prochaine présidentielle afin de se rallier, dès le premier tour, au RDR d'Alassane Ouattara. Les quatre cadres du PDCI refusent de participer au congrès extraordinaire de samedi prochain, censé entériner cette décision.



12e congrès du PDCI à Abidjan, Côte d’Ivoire, le 3 octobre 2013. AFP PHOTO/SIA KAMBOU
12e congrès du PDCI à Abidjan, Côte d’Ivoire, le 3 octobre 2013. AFP PHOTO/SIA KAMBOU

Pendant deux jours devant une foule de journalistes et également de nombreux sympathisants, les quatre cadres du PDCI ont affirmé ce dont tout le monde se doutait quant à leur participation au prochain congrès extraordinaire du parti. Un congrès visant à valider l’« appel de Daoukro ».

« Nous croyons que " l’appel de Daoukro " ressemble à un diktat, parce qu’émanant de quelqu’un qui un jour est tombé dans les pratiques autocratiques. C’est cela qui nous a révoltés. S’il y a rébellion, s’il y a une fronde, il faut être bien clair et précis pour dire que c’est monsieur Bédié et ceux qui le cautionnent qui sont, en réalité, les frondeurs », a souligné le député Jérôme Kablan Brou.

Dans ce contexte, pour Essy Amara, ex-ministre des Affaires étrangères, il n’est pas question d’aller cautionner, par sa présence, le congrès de samedi. « Non, nous n’y serons pas. Et je crois que, sincèrement, 90 % des militants du PDCI sont sur cette voie. Vous savez, les victoires à la Pyrrhus, cela ne consolide rien », a précisé l’ex-ministre des Affaires étrangères.

« Vous ne pouvez pas faire une mascarade, dire que l'appel est adopté à l'unanimité alors que tout le monde sait que c'est faux », a-t-il ajouté, « tout est faux, malheureusement, et c'est cela qu'on ne peut pas cautionner. »

Charles Konan Banny, autre candidat à la candidature pour la présidentielle d’octobre 2015, considère lui aussi qu’il n’a rien à y faire.

« Tout est bouclé. Tout est verrouillé. Il n’y a plus rien à voir, circulez. Donc, le congrès extraordinaire de demain, nous n’avons rien à y voir puisque nous ne sommes pas d’accord. Dans ce cas, qu’allons-nous y faire ? », a estimé pour sa part Charles Konan Banny.

Après ses ainés, Kouadio Konan Bertin  explique son refus de ce congrès, joué d’avance, et qu’il qualifie de « congrès PDCI-RDR », c'est-à-dire RDR comme le parti d’Alassane Ouattara et non pas « PDCI-RDA », c'est-à-dire un RDA fondé par Félix Houphouët-Boigny


Rfi.fr

Vendredi 27 Février 2015 - 08:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter