Coup de frein dans l’affaire Hisséne Habré : l’ARMP stoppe la campagne…des Chambres Africaines Extraordinaires



Coup de frein dans l’affaire Hisséne Habré : l’ARMP stoppe la campagne…des Chambres Africaines Extraordinaires

Ce sont Me El Hadji Diouf et Cie, avocats de l’ancien président Tchadien qui seront contents. Sérieux coup de plomb dans l’affaire Hisséne Habré. L’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) suspend l’attribution provisoire du marché de la « campagne internationale de la sensibilisation consacrée aux activités conduites par les Chambres Africaines Extraordinaires dans le cadre des poursuites du ou des responsables des crimes internationaux commis au Tchad entre 1982 et 1990 ».


En effet, le Comité de Règlement des Différends (CRD) de l’ARMP suspend le marché par la décision n°001/14/ARMP/CRD du 02 janvier 2014, le temps d’y voir plus clair. Ce, à la suite d’un recours introduit le 18 novembre dernier par l’un des soumissionnaires à savoir le cabinet Stratégie People Input qui dénonce l’attribution du marché au consortium Primum Africa /RNC Justice et Démocratie / Magi Communication qui, indique le journal « libération » se trouverait être une ONG internationale de droit belge créée en septembre 1994 dont l’objet social, selon nos confrères, vise à contribuer à garantir le respect des droits fondamentaux de toute personne et plus particulièrement du droit à la justice, ainsi que la protection des droits reconnus par les conventions internationales.


La procédure a-t-elle été transparente ? Et une ONG peut-elle se retrouver au cœur d’un marché aussi lucratif ? Le temps que l’ARMP tranche. Après 48 heures de garde-à-vue, Hissène Habré a été placé sous mandat de dépôt par le juge d'Instruction des Chambres Africaines Extraordinaires pour crimes de guerre, crimes contre l'humanité et tortures le 2 juillet dernier.


Mardi 21 Janvier 2014 - 11:24



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter