Coup de gueule : à la télé, ces gens qui nous pompent l’air !



Coup de gueule : à la télé, ces gens qui nous pompent l’air !
L’autosatisfaction et l’autoglorification d’agents de certaines télévisions sénégalaises commencent certainement à agacer plusieurs téléspectateurs. Des professionnels qui oublient peut-être qu’ils sont payés pour faire leur travail. Ainsi au cours du weekend de la fête de l’indépendance, nos amis de la télévision nationale, ont plusieurs fois répété qu’ils avaient fait des prouesses en assurant plusieurs directs : le défilé, la lutte, l’inauguration du monument, une soirée musicale… Un des reporters est allé jusqu' à demander au Premier Ministre son avis sur ce travail. Réponse de ce dernier : « vous méritez des félicitations ! ».
Ces amis de la télévision nationale, ne sont pas les seuls dans ce jeu, certains gars de WalfTv y vont aussi à cœur joie.

L’autre attitude peut-être plus compréhensible parce que guidée par des soucis commerciaux, est de nous rappeler milles fois dans un événement que ces télés sont suivies partout à travers le monde. Et on n’a pas besoin de le répéter toujours, c’est déjà connu. Est-ce que c’est d’ailleurs le cas pour toutes les télés sénégalaises ?
Il en est de même des messages de félicitations reçus ou des appels d’Europe, des Etats-Unis… Mais aussi ces agents qui remercient mille fois leur Directeur Général.

Tout cela est le résultat d’une concurrence à mort entre nos différentes chaînes de télévisions.
Le plus cocasse dans cette affaire, c’est quand le téléspectateur prend part pour l’une des chaînes. Lors du combat de lutte Yékini/Tyson, des amateurs criaient sur nos amis de la télévision nationale, « 2STV, 2STV… ». Voilà où mènent des comportements irresponsables.
Vous devez, vous tous, faire votre job et nous laisser apprécier librement.
La guerre est plus mortelle dans le domaine de la lutte, chaque promoteur a ses reporters, sa télé et même ses danseuses…

C’est le travail bien fait qui doit faire la différence, rien de plus !

Mais il faut encore du temps pour voir un paysage médiatique sénégalais, irrigué par le professionnalisme et une concurrence saine, où les téléspectateurs seront les faiseurs de rois.
Ce sera difficile parce que liés à des hommes, leurs comportements, leur vision des choses.
Un code de la presse seulement ne peut pas faire l’affaire !

NDIAGA DIOUF

Mercredi 7 Avril 2010 - 19:57



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter