Coupe des Confédérations : Scandale sexuel autour de l’Espagne ?



Coupe des Confédérations : Scandale sexuel autour de l’Espagne ?

Décidément, cette Coupe des confédérations ne cesse de dévoiler ses lots de surprise.

Alors que le Brésil organise actuellement la compétition, et qu’il se prépare à accueillir la Coupe du monde de football dans un an, le pays vit une véritable crise sociale. Le pays des Auriverde doit faire face à la vague de protestations qui agite tout le pays.

De même, les joueurs de la sélection espagnole ont été victimes d’un vol d’argent pendant le premier match face à l’Uruguay. Voilà un média brésilien qui fait une annonce  qui risque de faire grand bruit en Espagne. Si le tournoi se passe à merveille sportivement parlant pour l’équipe espagnole, cette affaire pourrait ternir la belle image de la Furia Roja.

Selon le média brésilien Globoesporte, cinq joueurs de la Roja (Iker Casillas, Sergio Ramos, Gérard Piqué, Andres Iniesta et Santi Cazorla) auraient en effet organisé une fête avec des prostituées en marge du match contre l’Uruguay.

Ces révélations ont été immédiatement démenties par la fédération espagnole de football ainsi que par Gerard Piqué à Marca. « Tout cela n’est que mensonge. La Fédération a pris les choses en main et on s’attend à ce que tout cela s’estompe ». «Etre dans un hôtel et te faire voler est désagréable. Je suppose qu’ils ne veulent pas l’accepter et qu’ils ont donc monté cette histoire ». «Tout cela n’a aucun sens dans la mesure où nous étions en train de disputer la compétition à ce moment ». 

Une enquête a d’abord été ouverte lundi par les autorités locales après une plainte déposée par l’entourage des champions du monde et d’Europe en titre pour plusieurs vols d’argent liquide perpétrés dans les chambres des joueurs. Quelques heures plus tard, alors que la police brésilienne était décidée à enquêter et allait demander à l’hôtel les bandes de sa vidéosurveillance, les plaintes auraient été retirées et les vols niés en bloc par le staff de la Roja.

Averti de la présence de vidéos accablantes, Raul Jimenez, le chef de la sécurité espagnole, aurait alors demandé aux responsables de l’hôtel de clore le dossier.



Mardi 25 Juin 2013 - 12:36



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter