Coupe du monde: Les Etats-Unis écrasent le Mexique (86-63) et filent en quart de finale

Les Etats-Unis se sont imposés (86-63) contre le Mexique et qualifiés pour les quarts de finale du Mondial espagnol. Steph Curry a terminé meilleur marqueur américain avec 20 unités, tandis que Gustavo Ayon a fini meilleur marqueur de la partie (25).



Les Etats-Unis, tenants du titre, ont dévoré le Mexique en huitièmes de finale de la Coupe du monde en battant le Mexique (86-63), samedi à Madrid.

Les Américains, qui affronteront la Slovénie ou la République dominicaine mardi en quarts, sont restés à peu près sur leurs standards de la phase de poule, au cours de laquelle ils avaient remporté leurs cinq matches par une moyenne de 33,2 points d'écart. Les doubles champions olympiques en titre n'ont pas eu à beaucoup s'employer pour se défaire de modestes Mexicains. Après à peine un quart de jeu, l'issue de ce match était déjà connue, les Américains s'étant déjà détachés (35-21, 16e), grâce en particulier à l'activité sous les panneaux de Kenneth Faried (8 points, 8 rebonds).

Côté mexicain, Gustavo Ayon, le pivot d'Atlanta (NBA), a été quasiment le seul à rivaliser (25 pts, 8 rds). Avec un Stephen Curry très adroit (20 pts, dont 6 sur 9 à trois points), les Américains ont rapidement fait croître leur avance (57-30, 27e). La suite de la rencontre n'a été qu'un long supplice pour les Mexicains, absolument incapables d'approcher des cercles, même si les Etats-Unis n'ont pas forcé dans les dernières minutes.

 

 

La Slovénie, déjà quart de finaliste du Mondial-2010, devra se sublimer pour les perturber un tant soit peu. Contre des Dominicains qui disputaient seulement le deuxième Mondial de leur histoire (après 1978), les Slovènes ont dû attendre les six dernières minutes pour définitivement se détacher. Le score était alors de 57-55 pour la Slovénie, qui avait jusque-là été gênée par l'adresse de James Feldeine (18 points) et l'abattage de Jack Martinez (12 pts, 11 rebonds). La Slovénie a ensuite resserré sa défense et trouvé des solutions offensives avec Zoran Dragic (18 pts), pendant que son frère Goran, l'arrière de Phoenix (NBA), était plutôt bien contrôlé par les Dominicains.

 

 
 

eurosport.fr

Dimanche 7 Septembre 2014 - 14:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter