Coups de feu à Matam : le FUSD réclame des sanctions contre Farba Ngom




L'Alliance Pour la République (APR)  est un regroupement de hooligans et de brigands politiques se croyant au dessus des lois, Farba Ngom le prouve de plus en plus selon le Front Uni des Sénégalais de la Diaspora (FUSD) qui appelle le président Macky Sall à prendre des sanctions exemplaires contre le député après l'incident des coups de feu à Matam. Déjà en décembre,  Mouhamed Touré et Cie d’assurer qu’ils avaient déploré l'inaction du chef de l'état après la bagarre entre Farba Ngom et Birame Faye au sein même du palais de la république. Le FUSD avait demandé que des sanctions exemplaires soient prises à l'encontre du député l'initiateur du pugilat.  Au grand dam des Sénégalais rien n'a été fait sur le plan disciplinaire contre Farba Ngom qui continue de se comporter comme un homme possédé par le diable.


Au delà de Farba Ngom, estime la diaspora sénégalaise, il apparait de plus en plus que le président est totalement dépassé par ses troupes qui ne manquent aucune occasion pour se comporter en palefreniers, se battant à tout bout de champ à chacun de leurs meetings. Mais, un cas en particulier demande mûre réflexion ! Celui du député Farba Ngom qui sur les traces du vice président de l'Assemblée nationale Moustapha Cissé Lo. Il n'a trouvé rien de mieux à faire que d'user de son arme à feu lors d'un meeting de l'APR à Matam.

 
L'APR continue de prendre l'arène politique comme un champ de bataille où les divergences au sein même du parti se règlent à coups de gourdins, de points, de pierres et de machettes, en témoigne la bagarre lors du meeting d'inauguration de la permanence de l'APR à Thiès il y'a quelques mois de cela, assène le FUSD qui tance le président Macky Sall. « Puisqu'il refuse d'abandonner la direction de son parti, il a l'obligation morale de siffler la fin de la récréation et de remettre cette horde de hooligans de la politique à leurs places. Farba Ngom doit être demis de ses fonctions de député et mis aux arrêts car rien ne justifie l'usage d'une arme à feu en pleine rue » chargent Mouhamed Touré et Cie qui enfoncent le clou.


« Le fait qu'aucune action n'aie été prise en son encontre plus de 48 heures après cet incident prouve que l'impunité demeure plus que jamais la règle en politique au Sénégal , et que cela annonce plus ou moins la couleur des prochaines élections . Ceci doit faire peur et honte au chef de l'Etat ».


Mardi 4 Mars 2014 - 12:27



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter