Couverture du référendum : le CNRA distribue les bons et mauvais points de la couverture médiatique

La couverture par les médias de la campagne pour le référendum n’a pas été équilibrée. C’est en substance ce qui ressort du rapport publié par le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra). Dans ce document où on analyse le temps d’antenne ou les articles consacrés à chacun des courants (Oui ou Non) lors de ce scrutin référendaire, on constate que la plupart des médias ont ouvert leurs tribunes beaucoup plus au camp du «Oui» qu’à celui du «Non».



Couverture du référendum : le CNRA distribue les bons et mauvais points de la couverture médiatique
L’analyse de la couverture médiatique du référendum du 20 mars révèle des écarts dans le respect de l’équilibre entre les deux camps, le Oui et le Non. Selon le rapport rendu public que ce soit dans la presse écrite, ou sur certaines chaînes de radio et de télévision, ou encore la presse en ligne, les principes d’équité et d’équilibre ont été violés.

Concernant la presse écrite le document révèle que sur l’ensemble des quotidiens d’informations générales constituant l’échantillon, 52,63% des Unes ont été consacrés au courant du «Oui» contre 26,32% pour le courant du «Non».

Le rapport de monitoring informe que «tous les journaux (9 sur 10) à l’exception de Walf quotidien ont publié davantage d’articles sur le courant du Oui que sur celui du Non». «L’Observateur à l’instar du quotidien Enquête a consacré au courant du Oui pratiquement le double (56) des articles qu’il a publiés sur celui du Non (25), le Soleil exactement le double (63/32). Walf quotidien a fait l’inverse avec 38 sur le Non contre 25 sur le «Oui», a-t-on expliqué dans le document.

Du point de vue des contenus, le Cnra souligne que «ce qui ressort de l’observation c’est le regard systématiquement négatif d’un quotidien privé comme Walf quotidien sur le courant du Oui. Ce, même quand il s’agit de sujets et d’actions positives en soi». 

Le rapport de l’organe dirigé par le journaliste Babacar Touré trouve qu’il « est par moment difficile de dissocier les articles sur le référendum à strictement parler et ceux sur la personne de M. Macky Sall président de la République ou chef de parti en campagne ». «Il devient la cible de toutes les attaques pour les tenants du courant du Non. Il en est de même d’un parti allié membre de la coalition Bby  comme le Ps dont les difficultés ont été également traitées par les différents quotidiens avec pour cible le Secrétaire général Ousmane Tanor Dieng et le maire de Dakar Khalifa Sall», a-t-on fait savoir. D’ailleurs, on précise que  «c’est sans doute ce qui explique le taux élevé de la présence du Ps dans la presse écrite à la Une durant la précampagne (31,58% contre 13,16% pour l’Apr et 7,89% pour le Pds)».
 
Les chaînes de télévision dans leur ensemble, ont réduit l’écart entre la couverture des activités des courants du oui et du non de façon très significative entre la précampagne et la campagne, soit 6,26% d’écart contre 30,33%’’, précise la synthèse.

Les sites d’informations générales qui n’ont été relevés que durant la campagne, ont tous publié plus d’articles sur le Oui avec un très net avantage accordé à ce courant. Ils ont en effet consacré les deux-tiers de leurs articles pour le oui, soit 62,82% contre 34,62% pour le non.
 

Khadim FALL

Jeudi 9 Juin 2016 - 14:52



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter