Couverture médiatique du référendum du 20 mars 2016: le CNRA tape sur la presse



Couverture médiatique du référendum du 20 mars 2016: le CNRA tape sur la presse
Sur la couverture médiatique du référendum du 20 mars 2016, «le premier trimestre de l’année 2016 a été marqué, principalement, par l’annonce, le 16 février, du référendum, par sa préparation et sa tenue le 20 mars 2016. Durant toute cette période, l’activité des médias a été essentiellement consacrée à cet important événement de la vie de la nation, avec un foisonnement des productions médiatiques», campe le Conseil national de Régulation de l’Audiovisuel (CNRA).

Face à ce constat, l’Assemblée du CNRA après en avoir délibéré en sa séance du 28 avril 2016, rend public le présent avis trimestriel.

«Le CNRA a procédé à la supervision de la couverture médiatique du référendum du 20 mars 2016, tant par les médias audiovisuels, par la presse en ligne que par la presse écrite. Conformément aux dispositions du Code électoral, de la loi 2006-04 du 04 janvier 2006 et du décret 2016-262 du 19 février 2016, le CNRA a pris soin d’attirer l’attention des médias sur leur rôle, afin qu’ils en aient une claire compréhension, par des communiqués publiés par voie de presse avant chaque phase du processus référendaire, pour leur rappeler l’obligation qui leur est faite de respecter la réglementation, en particulier les principes d’équité et d’équilibre dans le traitement des activités des  différents courants, pendant ces périodes légalement fixées…», note le communiqué parvenu à Pressafrik.com.
 
Manquements en période de pré-campagne
«Conformément à l’article L 61 du code électoral, durant la période des trente (30) jours précédant la campagne électorale, est interdite toute propagande déguisée ayant pour support les médias nationaux publics ou privés. Sont considérées comme des actes de propagande électorale déguisée : les manifestations ou les déclarations publiques de soutien à un candidat ou à un parti politique ou coalition de partis politiques faites directement ou indirectement par toute personne ou association ou groupement de personnes quelle qu’en soit la qualité, nature ou caractère ; les visites et tournées à caractère économique, social ou autrement qualifiées, effectuées par  toutes  autorités  de l’État sur le territoire national et qui donnent lieu à de telles manifestations ou déclarations. Aucun média n’a respecté, à la lettre, les dispositions précitées durant la précampagne. Il faut, cependant, signaler le cas particulier de la RTS qui s’est le plus illustrée par ce manquement, en limitant son obligation de couverture des activités liées au référendum au «Courant du OUI » exclusivement», regrette le CNRA.
 
Manquements en période de campagne
«Conformément à l’article L 61 du Code électoral, pendant la période électorale, est interdite : l’utilisation à des fins de propagande de tout procédé de publicité commerciale par la voie de la presse, de la radiodiffusion et de la télévision; les médias publics ou privés de l’audiovisuel, de la presse écrite ou utilisant tout autre support qui traitent de la campagne sont tenus au respect rigoureux des règles d’équité et d’équilibre dans le traitement des activités des courants pendant la campagne électorale. A ce niveau également, la plupart des médias ont violé les dispositions de cet article et, cela, malgré le Communiqué publié par le CNRA. Dans la plupart des médias privés, la pratique constatée quelques jours avant l’ouverture officielle de la campagne électorale, et consistant à faire des publireportages, s’est accentuée pendant cette période où il est interdit la diffusion de la publicité politique payante au profit d’un courant. Dans les médias du service public, il y a eu la persistance de l’ostracisme contre le courant du NON».
 
Manquements après la clôture de la campagne
«Après la clôture de la campagne également, le vendredi 18 mars 2016, des violations des dispositions du Code électoral ont été constatées par le Comité de veille mis en place, dans un partenariat entre le CNRA et le Conseil pour le Respect des Règles d’Éthique et de Déontologie dans les Médias (CORED).  Ce comité de veille CNRA-CORED avait pour objectif de: veiller au respect de la loi et des règles déontologiques dans la couverture du référendum ; s’assurer du respect de l’équilibre, de la diversité et de la pluralité ; suivre en temps réel le travail des journalistes sur le terrain, à travers un monitoring conjoint ; relever les dérives et proposer des mesures correctives en temps réel ; agir  ensemble  avec les médias si  les  manquements  sont  moins  graves,  en utilisant une démarche pédagogique.
Dans sa veille médiatique, le comité conjoint CNRA-CORED a constaté qu’au cours des deux journées (la veille et le jour du référendum où il est interdit la diffusion de toute propagande électorale), un certain nombre de médias a laissé persister des appels et images en faveur du courant du OUI ou du NON».
 
 
Dans la presse écrite
«Pour ce qui est de la presse écrite, les manquements avaient essentiellement trait à des cas de propagande politique, avec des insertions publicitaires appelant à voter « OUI ». Les pages réservées aux contributions, aux tribunes libres et autres entretiens exclusifs ont souvent été utilisées à des fins plus ou moins partisanes et/ou commerciales».
 
Dans la presse en ligne
«La présence intempestive de bandeaux publicitaires de différentes tailles, d’insertions en arrière-plan, surtout en faveur du courant du OUI ont été relevés et, cela, avant, pendant et bien après la campagne électorale et sa clôture officielle. Les sites Seneweb.com, Leral.net et Dakaractu.com ont diffusé dans la journée du 20/03/2016 des articles et des vidéos sur les propos inconvenants d’un leader du camp du NON et d’un dirigeant d’une entreprise de presse».
 
Recommandations et perspectives
«La sensibilisation des responsables des entreprises de presse doit se poursuivre. Mais il faut absolument réviser les instruments qui doivent permettre à la régulation de mener à bien l’application des règles contraignantes qui régissent le secteur. La perspective des élections à venir oblige à tirer les leçons des événements  médiatiques qui ont été vécus lors de ce référendum», clôt l’Assemblée du CNRA qui n’a par ailleurs pas raté les chaînes de télévision. SENTV, TFM, DTV, Walf TV, MOURCHID TV, LAMP  FALL TV, 2STV, comme les chaînes radios (Walf fm, Rfm, radios communautaires, Bambey Fm), sont toutes citées. 


Samedi 7 Mai 2016 - 01:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter