Crash de Sénégalair : «La compagnie ne respectait pas les normes et les autorités étaient au courant».

S’il y a quelqu’un que le crash de l’avion de la compagnie privée Sénégalair n’a pas surpris, c’est bien Alassane Hanne. En effet, l’ancien chef des ateliers de la maintenance de la compagnie révèle avoir même alerté les autorités de l’état défectueux de la compagnie et de la vétusté de ses appareils.



Crash de Sénégalair : «La compagnie ne respectait pas les normes et les autorités étaient au courant».
Le  crash avant-hier de l’avion de type HS125 de Sénégalair n’est pas une surprise si l’on en croit un ancien chef des ateliers de maintenances de la compagnie. En effet, selon Alassane Anne, la compagnie ne respectait aucune norme de sécurité : «La compagnie avait des problèmes à tous les niveaux : elle n’était pas normée, le personnel n’était pas bien formé, les appareils étaient vétustes et les équipements, souvent, ne fonctionnaient pas correctement».

Cette situation ne doit pas surprendre non plus les autorités puisque l’ancien cadre de la compagnie affirme les avoir mis au courant : «J’avais jugé nécessaire, personnellement, en tant que technicien responsable, vu la gravité de la situation, de prendre mes responsabilités et d’adresser un rapport circonstancié à l’endroit du Directeur général de l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (Anacim), mais il n’a jamais donné suite à mes demandes d’audience», a déclaré Alassane Anne.

Mais le Directeur de l’Anacim n’était pas la seule autorité au fait de la situation : «j’ai pu adresser des ampliations aux autorités, notamment à Abdoul Mbaye (Premier ministre à l’époque), et au ministre des Transports aériens, Thierno Alassane Sall. Mais ils m’ont tous renvoyés vers le Directeur de l’Anacim», a-t-il conclu.
 

Ousmane Demba Kane

Lundi 7 Septembre 2015 - 09:04




1.Posté par Camara le 07/09/2015 11:48 (depuis mobile)
M. Anne a mis le doigt sur un vrai problème s'il a des copies des mails courriers qu'il a adressé aux autorités avant que l'affaire ne soit étouffée, il a l'obligation de les diffuser dans les réseaux sociaux. Cela permettra d´alerter l'opinion.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter