Crash de l'avion de Sénégal air : L'Asecna avait signalé une défaillance de l’altimètre du bimoteur

L’enquête pénale sur le crash d’un avion, au large de Dakar accable l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (Anacim) ainsi que la compagnie Senegal air. Cet accident d’avion a fait 7 morts. Il s’agit de Mohamed Addad, Hichem Barkani, Youssoupha Diedhiou (27 ans, infirmier), Yahya Mamadou Diop (42 ans, médecin réanimateur), Arsène Kongolo, Cheikh Ahmed Tidiane Niang (45 ans) et Céline Pirat », informe Libération.



Crash de l'avion de Sénégal air : L'Asecna avait signalé une défaillance de l’altimètre du bimoteur
Dans sa parution  de ce mercredi 7 octobre 2015, ledit quotidien informe que l’Asecna avait écrit à l'Anacim pour lui signaler une défaillance de l’altimètre du bimoteur de Senegal air. Mais l’agence de l’aviation civile a attendu 35 jours, c’est-à-dire,  bien après le crash, pour répondre à cette correspondance. Et des informations supplémentaires ont montré que la responsabilité de ces deux structures est «sérieusement engagée dans ce drame», a confié le journal.
 
Pour  preuve, indique Libération, «le comptable de l’Anacim avait produit un rapport pour signaler que Senegal air était incapable d’exploiter une licence». Pis, suite à des problèmes techniques, le bimoteur qui s’est abîmé en mer, avait été immobilisé avant «réparation». Senegal air a sollicité auprès de l’Anacim un certificat de navigabilité pour l’appareil. C’est ainsi qu’un agent de ladite agence de l’aviation civile a été envoyé pour inspecter le bimoteur. Et, dans son rapport de mission, celui-ci dit avoir détecté plusieurs défaillances avant que la compagnie aérienne ne s’engage à les corriger. Cette correction faite, précise le journal, l’appareil a reçu son certificat. L’enquête s’est insurgée contre la légèreté de cette mission d’inspection. Ce d’autant que non seulement, il n’y a jamais eu de contre-expertise, mais aussi parce qu’un défaut signalé par l’inspecteur n’avait pas été corrigé.
 
Dans un mail qu’il dit avoir reçu,  le quotidien Libération révèle que le Dr Massamba Diop, fondateur de Sos Médecin, a tenu à rendre hommage à ses défunts collaborateurs. «Nous tenons à rendre hommage à des hommes au destin exceptionnel qui auront dédié leur vie à sauver celles des autres. Discrètement, inlassablement, ils étaient tous les trois portés par le même engagement, la même passion, cette indéfectible volonté de porter secours, de donner toutes ses chances à la vie, de défier une fatalité à laquelle ils refusaient de se résoudre sans avoir tout tenté. (…). Nous avons perdu non seulement des collègues, mais, des amis et des frères. Un long compagnonnage nous unissait et c’est terrible de les perdre. Il n’y a pas de mot pour décrire notre détresse. Nous pensons que le vrai hommage que nous pouvons leur rendre, c’est exercer notre profession dans la rigueur et dans le professionnalisme, à l’instar de ce qu’ils étaient».           
Source Libération

Khadim FALL

Mercredi 7 Octobre 2015 - 16:48



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter