Crash du vol d'EgyptAir: de la fumée a bien été détectée à bord avant l’accident

L’information évoquée par des médias américains dès le vendredi 20 mai a été confirmée par le BEA , le Bureau d'enquêtes et d'analyses français : des messages automatiques de l'avion indiquant de la fumée à bord de l'avion ont bien été envoyés avant le crash de l'appareil, dans la nuit de mercredi à jeudi au dessus de la Méditerranée.



L'essentiel
Le vol MS804 de la compagnie EgyptAir a décollé de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle en région parisienne en direction du Caire. L'appareil transportait 66 personnes, parmi lesquelles notamment 30 Egyptiens et 15 Français. Il a disparu des écrans radars au dessus de la Méditerranée orientale jeudi 19 mai au petit matin

Les premiers débris du crash ont été repêchés hier par la marine égyptienne qui coordonne les recherches à près de 300 km au nord d'Alexandrie. Il s'agit d'éléments de l'appareil, de bagages et de restes humains. Les causes de l'accident demeurent inconnues.

Dernières informations
C’est une nouvelle information précieuse dans la recherche des causes du crash de l’airbus A320 d’EgyptAir après les débris retrouvés vendredi 20 mai. Peu avant l’accident des messages automatiques faisant état de fumée à bord ont bien été envoyés.

Le Bureau enquête accidents français (BEA) confirme ce samedi matin des informations circulant dans des médias américains, selon lequels il y a eu des messages Acars émis par l'avion indiquant qu'il y eu de la fumée en cabine peu avant la rupture des transmissions de données. Le système Acars permet à un avion en vol d'échanger des informations avec le centre opérationnel de la compagnie aérienne.
«Il est beaucoup trop pour interpréter et comprendre les causes de l'accident tant que nous n'avons retrouvé ni l'épave, ni les enregistreurs. La priorité de l'enquête est de retrouver épave et enregistreurs de vols », indique un porte-parole du BEA.

Côté égyptien, pas de commentaires. Un responsable du ministère de l'aviation civile a juste dit qu'il avait « connaissance de ces informations de presse » et qu'il ne pouvait « ni les confirmer, ni les démentir».

Des informations déjà dans les médias américains
Le quotidien américain Wall Street Journal, un journal considéré comme sérieux, évoquait déjà hier une fumée intense qui aurait déclenché des alarmes dans la partie avant de l'appareil : des messages d'erreur de 2 minutes, destinés à alerter l'équipage au sujet de cette fumée détectée dans des toilettes et dans un compartiment situé sous le plancher du cockpit où se trouve une partie particulièrement importante de l'ordinateur qui contrôle le vol, ont été générés. Le journal - qui cite des sources proches de l'enquête mais ne les identifie pas, n'en tire aucune conséquence et affirme que ce n'est pas suffisant pour déterminer si l'avion a été victime d'une bombe ou d'une panne.

La chaîne CNN  a également fait état de ces fumées. « Il y avait des alertes à la fumée à bord du vol 804 d'Egyptair dans les minutes avant qu'il ne s'écrase en Méditerranée », constatait la chaîne.

Rfi.fr

Samedi 21 Mai 2016 - 10:15



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter