Crise de l’électricité : la Banque Mondiale trace des pistes pour le Sénégal.

Dans le rapport de restitution d’une étude consacrée au diagnostic des infrastructures en Afrique ce vendredi 23 juillet les experts de la Banque Mondiale ont suggéré à l’Etat du Sénégal de passer par les marchés électriques régionaux et les privés pour sortir de la crise de l’énergie que traverse le pays. Des stratégies soulevées par certains députés lors du passage de Samuel Sarr à l’Assemblée Nationale.



Crise de l’électricité : la  Banque Mondiale trace des pistes pour le Sénégal.

La coordinatrice régionale de programme pour le PPIAE de la Banque Mondiale Clemencia Tores de Mastle au cours de la présentation du rapport a souligné «il n’ya pas de solution miracle à la question de l’électricité ce qu’il faut c’est l’intégration régionale pour résoudre le problème au Sénégal». Cependant pour les experts, « le Sénégal a fait des progrès remarquables dans l’accès à l’électricité dans les zones rurales, l’intégration aux marchés électriques régionaux et la participation privée ».

Raison pour laquelle les experts ont demandé à ce que le pays continue à faire des efforts « pour augmenter l’électricité disponible et la fiabilité du système, et d’améliorer la performance financière et opérationnelle de la SENELEC». Le rapport a noté que «les prix de l’électricité au Sénégal sont relativement élevés». Avant d’ajouter que «les tarifs sont insuffisants pour récupérer les coûts actuels».

Selon Cecilia Briceno Garmendia, économiste à la Banque mondiale les difficultés rencontrées dans le secteur de l’électricité ne sont pas spécifiques au Sénégal. Elle a fait comprendre que « c’est un problème propre à l’ensemble du continent africain ». Pour donner une idée de la difficulté elle fait remarquer que «la quantité d’électricité utilisée pour 800 millions de personnes en Afrique équivaut à la quantité d’électricité utilisée en Espagne».

Ibrahima DIABY

Vendredi 23 Juillet 2010 - 18:26



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter