Crise en Casamance-Yayah Jammeh au président Sall: « si quelqu’un protège mon ennemi et que sa case brûle, je n’essayerai pas de l’éteindre »

Sortie fracassante du président gambien qui lâche à l’endroit des autorités sénégalaises : « si quelqu’un protège mon ennemi et que sa case brûle, je n’essayerai pas de l’éteindre », notamment sur le conflit en Casamance qui selon Yayah Jammeh, le président sortant Wade a été le « véritable frein pour la résolution » de cette « crise » qui perdure depuis plus de trente (30) ans au Sud.



Crise en Casamance-Yayah Jammeh au président Sall: « si quelqu’un protège mon ennemi et que sa case brûle, je n’essayerai pas de l’éteindre »
« Si vous vous rappelez en 2005, il avait fermé toutes les frontières, le MFDC lui a envoyé une correspondance, ensuite, ils m’en ont envoyé une pour me dire que le président Wade n’avait pas encore répondu, je leur ai dit que je me désengagé », assène le président gambien qui laisse entendre que le troisième président du Sénégal a « été le véritable frein de la résolution de la crise en Casamance ».

Pis, selon lui, « Me Abdoulaye Wade s’est même rendu jusqu’en France pour se fournir en armes pour disait-il moderniser l’armée sénégalaise contre des petits pays comme la Gambie, la Guinée Bissau… », enfonce-t-il le clou avant de lâcher.
« Je sais que s’il avait pris le risque de s’attaquer à la Gambie, il allait amèrement le regretter. Lors d’une rencontre avec le MFDC, je lui ai dit en face, que je lui donnais un ultimatum de huit (8) jours pour rouvrir les frontières ».

Précisant au successeur de Wade, le président Sall, « si quelqu’un protège mon ennemi et que sa case brûle, je n’essayerai pas de l’éteindre », Yayah Jammeh ne manque pas de prévenir sur les colonnes du journal « L’Observateur ».

« Si le Sénégal change de politique, je vais m’investir dans la recherche de solution à la crise en Casamance. S’il ne le fait pas, je ne bougerai pas de ma position », soutient-il. 


Vendredi 5 Juillet 2013 - 12:24



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter