Crise gambienne : l’ONU intensifie la pression sur Jammeh

La situation en Gambie continue de susciter l’attention de la communauté internationale. En effet, hier encore, les Nations Unies ont réitéré leur mise en garde à l’encontre du Président Yaya Jammeh, pour l’exhorter à rendre le pouvoir à Adama Barrow, sorti vainqueur des élections du 1ier décembre dernier.



Crise gambienne : l’ONU intensifie la pression sur Jammeh
«Le Conseil demande une fois encore à M. Jammeh, Président sortant, et aux autorités gambiennes compétentes de respecter pleinement les résultats de l’élection présidentielle tenue le 1er décembre 2016, de respecter la volonté du peuple gambien de procéder à une transition pacifique et ordonnée et de céder le pouvoir au Président élu, Adama Barrow, le 19 janvier 2017 au plus tard, conformément à la Constitution gambienne», peut-on lire dans la déclaration onusienne.

Cette injonction fait suite à la sortie de Yaya Jammeh qui avait déclaré devant les médias de son pays qu’il n’était pas question de céder le fauteuil de président de la République de Gambie à Adama Barrow. Il avait même martelé mardi dernier qu’il choisirait de mourir plutôt que de se plier à cette décision.
La déclaration de l’instance onusienne survient quelques temps après l’entame d’une médiation par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) pour faire revenir le Président Jammeh à de meilleurs sentiments.

Mais, les nombreuses initiatives et récriminations n’ont pas l’air d’ébranler l’homme fort de Kanilaï qui continue de faire la sourde oreille.

Ousmane Demba Kane

Jeudi 22 Décembre 2016 - 07:30



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter