Crise post-électorale ivoirienne: "Je n'ai pas envoyé de chars à Abobo", affirme Simone Gbagbo

L’ex-Première dame de Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo a affirmé lundi qu’elle n’a "pas envoyé de chars à Abobo", commune au nord d’Abidjan, réputée proche de l’actuel président Alassane Ouattara et dont elle était le député, pendant la crise post-électorale de décembre 2010 à avril 2011.



Crise post-électorale ivoirienne: "Je n'ai pas envoyé de chars à  Abobo", affirme Simone Gbagbo

"Je n'ai pas envoyé de chars à Abobo", a déclaré Simone Gbagbo, à la barre, lors de sa comparution au tribunal d’Abidjan.

 

Député de cette commune populaire d’Abidjan de 2000 jusqu’à la chute de l’ex-parti au pouvoir en avril 2011, Mme Gbagbo a répondu aux juges qu’elle "ne participais pas aux réunions de l'Etat-major", pendant la crise post-électorale qui a fait officiellement plus de 3.000 morts.

 

Des violences qui ont fait plusieurs morts ont été enregistrées dans ce quartier d’Abidjan où la Cour Pénale internationale (CPI) qui réclame également l’ex-première dame pour "crimes contre l’humanité", accuse des forces fidèles à l’ex-président Laurent Gbagbo d’y avoir commis des viols et crimes.

 

Devant la cour d’assises, Simone Gbagbo a indiqué qu’elle "ne (se) reconnais pas de part de responsabilité dans la crise" en Côte d’Ivoire, invitant le président à "dire juste le droit", après 11 heures de débats

 

Depuis fin décembre 2014, 83 proches de M. Gbagbo, incarcéré à La Haye depuis 2011, comparaissent au tribunal d’Abidjan pour atteinte à la sureté de l’Etat pendant les violences post-électorales.

 

L’audience a été suspendue et devrait reprendre le 02 mars avec les plaidoiries et réquisitoire de l’accusation.


ALERTE INFO

Mardi 24 Février 2015 - 10:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter