Cyclone au Mozambique : 7 morts, 130 000 sinistrés et l’Afrique du Sud en alerte

Plus de 20 000 logements ont été détruits et le Mozambique craint désormais des inondations, fréquentes dans ce pays d’Afrique australe.



Cyclone au Mozambique : 7 morts, 130 000 sinistrés et l’Afrique du Sud en alerte
Le passage du cyclone tropical Dineo a fait sept morts et plus de 130 000 sinistrés dans le sud du Mozambique, selon un bilan publié dans la nuit de jeudi à vendredi 17 février, par l’Institut national de gestion des catastrophes naturelles (INGC). En outre, « plus de 20 000 logements » ont été détruits par des « vents et des précipitations très fortes ». Des secouristes sont sur le terrain à la recherche d’autres éventuelles victimes.
 
Le cyclone Dineo a fait ses principaux dégâts dans la province touristique d’Inhambane, sur la côte sud du Mozambique. Selon de nombreuses vidéos et photos publiées sur les réseaux sociaux et reprises par les médias locaux, les vents forts qui accompagnent Dineo y ont arraché des arbres et des toits.
 
 
Entre 100 mm et 200 mm de précipitations sont tombées entre les deux stations balnéaires d’Inhambane et Vilanculos. « Le cyclone tropical Dineo a frappé Inhambane entre 20 heures et minuit mercredi. Des vents forts, supérieurs à 100 km/h, des pluies torrentielles et une très forte houle » y ont été enregistrés, ont indiqué les services météorologiques sud-africains (SAWS).
Risques d’inondations
 
Le Mozambique craint désormais des inondations après le passage de Dineo, un phénomène fréquent et souvent meurtrier dans ce pays d’Afrique australe. Des inondations avaient causé la mort de 800 personnes en 2 000 et plus de 100 en 2015.

Le cyclone Dineo, désormais reclassé en dépression tropicale, a poursuivi sa route jeudi vers l’Afrique du Sud où de fortes pluies ont été constatées dans le nord-est du pays. Le célèbre parc Kruger, très prisé des touristes pour les safaris, a fermé jeudi après-midi toutes ses routes non goudronnées et plusieurs campements au nord de la réserve, en raison des fortes pluies.

Les services météorologiques sud-africains ont placé vendredi l’extrême nord-est du pays, dans les provinces du Mpumalanga et du Limpopo en alerte rouge pour de fortes précipitations et des risques d’inondations. Aucun dégât majeur n’a cependant été signalé en Afrique du Sud vendredi matin.

lemonde.fr/afrique

Vendredi 17 Février 2017 - 10:23



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter