DE LA SAGESSE, MACKY: PRENEZ DE LA HAUTEUR !



Ceux qui sont élus gouvernent certes, ceux qui s’opposent pendant ce temps s’opposent. Cela est vrai, mais évitions de tomber dans le manichéisme : tout ce que MACKY fait est mauvais, tout ce que l’opposition dit est vrai. Tous les actes que pose MACKY sont dictés par la politique politicienne, tout ce qu’il interdit à l’opposition est le signe d’une dictature galopante.
Toutes les décisions que prend MACKY sont inspirés pour la plupart et imposées par MAREME, et l’emprisonnement de certains cadres de l’opposition sous le prétexte  de reddition des comptes est illégal.
Tous ceux qui sont poursuivis sont des prisonniers politiques, victimes  de la folie vengeresse de MACKY, influencée par des sous fifres de la trempe des NIASSE et autres TANOR.


Aujourd’hui, une cacophonie bruyante nourrie par les vociférations des deux camps qui font dans la surenchère fait vibrer nos oreilles. Cette cacophonie, relayée et amplifiée par la presse, commence à vraiment déranger. D’un coté comme de l’autre, il est grand temps que l’on se calme. C’est comme si la situation de notre pays, fragilisée par une situation géopolitique des plus fragiles, avec Ebola, et la menace terroriste qui a fini de déstabiliser nos voisins, c’est comme si cette situation disais-je intéressait peu nos acteurs politiques que l’on qualifie de représentatifs, du coté du pouvoir, comme de l’opposition.


Les appels à la paix, au dialogue et à la concertation lancés par les autorités religieuses de toutes confessions sont vite oubliés, dès que les évènements durant lesquels ils les prononcent finissent. Le discours politique est devenu le lieu de règlements de compte personnels et d’accusations aussi ignominieuses les unes que les autres. La presse à la recherche de déclarations sensationnelles attise  ce feu de plus en plus incandescent, qui risque de déboucher sur un incendie dont elle même ne survivrait pas.


Il est temps, vraiment temps que l’on retourne aux bonnes vieilles pratiques traditionnelles qui fondaient la quiétude de notre nation et permettaient de nous retrouver autour de l’essentiel : le PENCOO. Nous partageons le même espace géographique et nous sommes une nation, jusqu’à preuve du contraire. Que je sache, opposition comme pouvoir veulent le mieux pour notre pays. Si aujourd’hui nous sombrons dans la violence, personne n’y gagnerait. Evitons donc la surenchère : que ceux qui sont aujourd’hui considérés come des sages dans notre pays et bénéficient de la haute estime de notre classe politique se lèvent. Qu’ils parlent et qu’ils agissent pour l’intérêt supérieur de la NATION : il est temps.


Avec une MARIEME FAYE belliqueuse à la gestuelle guerrière et au parler plein de ressentiment et une Aïda MBODJ qui convoque le Talla tay NDER, il est clair que la situation devient de plus en plus irrespirable.
Le PDS s’accroche à un droit constitutionnel et le pouvoir convoque la force publique pour imposer une interdiction de marche sur fond d’escalade verbale. Il faut que cela s’arrête.


La haine et le mépris qui s’expriment à chaque sortie de notre classe politique dans son ensemble n’ont rien à voir avec la politique au sens noble du terme.
Il faut que l’on retrouve les valeurs qui fondaient les rapports d’antan : le respect de l’autre et la considération qui sied envers notre prochain devraient être les bases d’un gentleman agreement républicain.
Que ceux qui veulent manifester le fassent, mais qu’ils respectent aussi ceux qui gouvernent.


Malheureusement, l’opposition et le pouvoir dans notre pays s’évitent ou pire, se détestent. Il n’y a nulle possibilité de rencontres car il n’y a pas d’espace d’échange où les protagonistes puissent se retrouver pour trouver de grands consensus qui transcendent leur adversité, au nom de l’intérêt supérieur de la Nation. Ne reste que l’espace médiatique, et public. Tout le monde se bat pour l’occuper. Si maintenant le pouvoir qui dispose de la force prend en otage l’espace médiatique et interdit l’espace public à l’opposition, la situation explosera, à coup sûr.


Et malheureusement encore, il n’y a à l’horizon aucun sage, de la trempe du regretté Mame Abdoul Aziz SY, pour incarner cette sagesse agissante, au dessus de la mêlée. Ceux qui incarnaient la société civile ont fait allégeance à MACKY, ses autres contempteurs qui critiquent son action jouent quelquefois sans s’en rendre compte le rôle de contre pouvoir ou d’opposants. Cela ne sied pas, au vu de leur statut. Ils se  sont disqualifiés.


Les récents évènements survenus dans la sous région devraient pourtant nous édifier : le chef ne doit pas être entêté, car une démocratie a besoin de soupapes de sécurité. A MACKY dans ce contexte actuel de s’en tenir au respect de la Constitution, et d’autoriser la marche du PDS. Sinon, c’est lui seul, et son régime, qui seront responsables de ce qui pourrait advenir, demain.

Cissé Kane NDAO, Président de l’A.DE.R

Samedi 8 Novembre 2014 - 11:44



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter